Igor Tudor (OM) avant le match contre Clermont : « Il faut continuer à s'améliorer »

À la veille de la réception de Clermont, l'entraîneur croate de l'OM Igor Tudor a commenté l'actualité de son club.

« Quel est votre sentiment après avoir revu la prestation de votre équipe à Nice (3-0, dimanche) ?
Un bon match qu'il faut vite oublier. C'est ça mon message. Demain (mercredi), c'est une rencontre aussi importante. On est contents, bien sûr, mais au bout du compte, c'est juste un match. Cela nous donne un peu plus de confiance, d'enthousiasme, le sentiment qu'on peut faire de bonnes choses.

Igor Tudor, à propos de Nuno Tavares

« Il ne se rend parfois même pas compte de ses qualités, de ses courses, il est si dur à suivre quand il accélère »

Mais est-ce le genre de match, en tout cas pour la première période, qui commence à correspondre au jeu direct et agressif que vous prônez ?
C'était une très bonne première période, à tous les points de vue. Aller à Nice et pouvoir marquer quatre ou cinq buts, mérités, cela signifie que tu es sur la bonne voie, mais demain, c'est un autre match, il faut vite enchaîner. Tout le monde s'en fout déjà de ce qu'il s'est passé dimanche. Donc avec peu d'entraînements, il faut continuer à s'améliorer.

L'OM avait perdu pas moins de 25 points à domicile la saison dernière. Quel est votre regard sur les performances de votre équipe à domicile ? Voulez-vous sacraliser le rendez-vous au Vélodrome ?
Ça devrait être toujours le cas. On est bien partis et il faut enchaîner au Vélodrome. Jouer devant ce public, cela devrait être plus facile pour nous, et plus délicat pour nos adversaires. Il n'y a pas beaucoup de public comme ça en France. Il faut tout donner demain, contre un adversaire qu'on respecte, pour confirmer notre match de dimanche.

lire aussi

La 5e journée de Ligue 1

Que pensez-vous de votre piston gauche Nuno Tavares, auteur d'un début de saison tonitruant ?
C'est un joueur qu'on voulait absolument. Je pense qu'il a encore une marge de progression énorme. Il ne se rend parfois même pas compte de ses qualités, de ses courses, il est si dur à suivre quand il accélère. Ses buts sont liés à la qualité de sa finition. À Arsenal, l'équipe jouait à quatre ou à cinq derrière, cela dépendait, et c'était encore un peu différent. »