Igor Tudor (OM) : « Jonathan (Clauss) doit prendre ça comme un défi »

Tudor a évoqué la non-sélection de Clauss ce jeudi. (B. Papon/L'Équipe)

À quelques jours du déplacement à Monaco, le technicien croate a été plus disert et profond que d'habitude, commentant l'actualité de sa troupe avec une certaine acuité. Il a essayé de réconforter son piston droit, non convoqué par Didier Deschamps pour la Coupe du monde.

« Comment gérez-vous la préparation de vos hommes sur ce match en cette semaine particulière, avec les annonces des listes pour la Coupe du monde ? Côté internationaux français, il y a des heureux et des déçus...
C'est quelque chose de formidable de pouvoir disputer une Coupe du monde, une émotion particulière de représenter son pays. Je suis très heureux pour Mattéo (Guendouzi) et Jordan (Veretout), très déçu pour Jonathan (Clauss). Il méritait d'être en sélection, après un super début de saison, mais il faut respecter les choix du sélectionneur Didier Deschamps. J'ai parlé avec lui, Jonathan doit prendre ça comme un défi pour prouver au sélectionneur qu'il peut faire encore mieux.

lire aussi : Calendrier et résultats de la Ligue 1

On ne sait jamais ce qui peut arriver à l'avenir. Ce jeudi, on a travaillé avec une séance d'heure et demie de grande qualité, c'est l'essentiel, on travaille sur les détails. Les joueurs sont concentrés sur la suite, les internationaux les premiers. Lorsque je les ai félicités hier (mercredi) pour leur convocation sur le groupe WhatsApp, ils m'ont répondu : "Il y a le match à Monaco ce week-end." Et ça c'est positif, ils pensent à cette rencontre avant de penser à la Coupe du monde.

Cette rencontre de dimanche a-t-elle une importance particulière pour déterminer la qualité de la première partie de saison ?
Je ne regarde pas forcément le classement, j'y jette un coup d'oeil de temps en temps. La saison est un marathon, et là, c'est encore trois points, ils ont un petit plus d'importance car nous affrontons un adversaire direct.

Comment expliquez-vous que vous ayez été sifflé par le Vélodrome, dimanche ? Pourquoi avez-vous une image clivante chez les suiveurs comme chez les supporters, selon vous ?
La performance de l'équipe est un peu le reflet de l'entraîneur et de son travail, le reste, ce sont un peu des débats stériles, de la fumée. Je ne me dis pas d'emblée, contrairement à ce que beaucoup de gens vont penser : "Il faut gagner, avoir beaucoup de victoires au compteur." Le plus important est que l'équipe produise un beau football, qui divertit les gens, leur procure des émotions. Qu'ils sortent en se disant : "L'équipe a tout donné, avait envie de marquer, c'était un beau match."

lire aussi : Le classement de la Ligue 1

Je ne pense pas qu'aux victoires, en qualité de supporter d'une équipe, je serais déçu de voir évoluer mon équipe en bloc bas et de gagner 1-0 à l'arraché. Faire un match de merde et l'emporter, ce n'est pas moi, je ne vais pas célébrer cela. Le futur du football va dans cette direction du divertissement. Après, évidemment, pour un entraîneur comme moi, la victoire est la chose la plus importante, il n'y a pas seulement les émotions.

Allez-vous profiter de la longue trêve internationale, près de six semaines, pour couper nerveusement et réfléchir sur la suite ? Pourriez-vous repasser à une défense à quatre ? Ajouter un attaquant autour de Sanchez ?
Après des congés, on va se préparer sur un mois au total, avec une première partie ici, puis dix jours de stage en Espagne. Il y aura des matches de préparation, qui vont permettre de tester des choses nouvelles, de vérifier ce qui fonctionne, d'étudier les profils de joueurs... Je ne pense pas changer mon système et passer à une défense à quatre.

Avec Jonathan Clauss et Nuno Tavares, qui sont de très bons pistons, il est difficile de renoncer au système actuel, ce ne serait pas judicieux. Bien qu'on joue à trois centraux, on voit un Chancel (Mbemba) qui est porté vers l'avant, par exemple, pour apporter du soutien, idem avec des milieux et des pistons qui jouent haut. Évoluer plus offensivement ou plus défensivement n'est pas lié aux schémas, mais à leur application. C'est l'interprétation du système qui compte, les intentions pendant la rencontre. »

Franck Haise : « Clauss paye le changement de système de Deschamps »