Imola et le Mugello ont des envies de F1

Basile Davoine

La semaine dernière, l'avenir du Grand Prix d'Italie à Monza a été assuré grâce à la signature d'un nouveau contrat de cinq ans avec la Formule 1. Néanmoins, d'autres pistes italiennes continuent de s'intéresser à la catégorie reine : Imola et le Mugello évaluent les options potentielles pour accueillir un Grand Prix ces prochaines années. 

Imola est bien connu de la Formule 1 pour avoir longtemps organisé le Grand Prix de Saint-Marin, dont la dernière édition a eu lieu en 2006. Depuis, le tracé a subi une importante refonte, avec notamment la suppression de la dernière chicane, et son statut FIA Grade 1 le rend éligible à la tenue d'une course de la catégorie reine. En revanche le Mugello, haut lieu des joutes du MotoGP, n'a jamais figuré au calendrier, mais a plusieurs fois été le théâtre d'essais, pour la dernière fois en 2012. 

Vue d'ensemble du Mugello

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce
Vue d'ensemble du Mugello <span class="copyright">Gold and Goose / LAT Images</span>
Vue d'ensemble du Mugello Gold and Goose / LAT Images

Gold and Goose / LAT Images

Si le Mugello est cité, c'est en référence à une éventuelle candidature de la piste toscane pour accueillir la F1, ce qui ne figurerait toutefois pas dans ses intérêts à court terme. Mardi, le circuit a justement annoncé le résultat d'une étude portant sur l'impact économique de ses activités, et qui contribuent à près de 130 millions d'euros à l'économie locale et régionale. Cette étude s'appuie sur des chiffres de l'année 2017, citant plus de 1000 emplois créés grâce aux événements organisés sur la piste. 

Ce rapport ne mentionne pas la Formule 1, mais selon l'agence de presse italienne Ansa, la discipline est considérée comme une option à plus long terme par Paolo Poli, directeur du Mugello. "Le premier objectif sera de renouveler l'accord avec le MotoGP", précise ce dernier. "Puis d'ici cinq ans, nous réfléchirons aussi à faire venir la Formule 1 en Toscane. Des partenariats seront nécessaires à un niveau national, comme Monza l'a fait en signant son contrat avec la F1 pour les prochaines années. Il ne faut pas oublier que, contrairement aux autres circuits italiens, le Mugello n'est pas géré par l'État. De 2006 à 2016, Ferrari a fait d'énormes investissements pour améliorer la qualité des infrastructures et le professionnalisme de ceux qui travaillent ici, afin de se présenter aux clients du monde entier avec un niveau de plus en plus élevé."

Les changements prévus à Imola

Les changements prévus à Imola <span class="copyright">Autodromo Internazionale Enzo e Dino Ferrari di Imola</span>
Les changements prévus à Imola Autodromo Internazionale Enzo e Dino Ferrari di Imola

Autodromo Internazionale Enzo e Dino Ferrari di Imola

À lire aussi