Inflation : « Il faut bien faire des économies quelque part »… Ils se sont mis au discount alimentaire

VOTRE VIE VOTRE AVIS - Poussés par l’inflation, des consommateurs qui n’en avaient pas l’habitude se tournent (ou retournent) vers les grandes surfaces discount pour leurs courses alimentaires

La dernière fois qu’elle avait mis les pieds dans un supermarché discount, elle était étudiante. Depuis deux semaines, Maéva*, cadre quadragénaire, pousse son chariot dans les allées d’un Lidl de Toulouse. D’habitude, pour sa famille de quatre, elle faisait des « drive » chez Carrefour, « sans être trop regardante ». Mais, avec l’inflation, les temps changent. « Il faut bien faire des économies quelque part », explique celle dont la mensualité de gaz est passée de 59 euros en octobre 2021, à 87 euros le mois dernier, alors que le foyer a fait des efforts et baissé sa consommation de 29 %. Et comme Maéva n’a aucune prise sur l’explosion des prix de l’énergie, elle agit sur les budgets qu’elle peut maîtriser, l’alimentaire en premier lieu. Pour Lidl, son verdict est sans appel : « C’est moins cher, c’est clair. En plus, on est moins tenté ». Son – gros – chariot hebdomadaire lui coûte dans les 180 euros, contre 250 euros en moyenne pour ses drive habituels. « J’ai acheté du poisson, des légumes français. Et les yaourts sont très bons », assure la Toulousaine.

Christophe, un internaute de 20 Minutes, a pris la même bifurcation dans ses habitudes de consommation. « Depuis l’inflation », il va chez Lidl ma(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Pauvreté : « Avec 536,95 euros par mois, je ne m’en sors plus », confie Marc, chômeur de longue durée
Inflation : « Cette année, pas de foie gras, ni de saumon… » Nos lecteurs revoient leur budget pour Noël à la baisse
Atacadao, Costco… Les supermarchés de gros volumes, simples concurrents ou vraie révolution ?