Ingérence de la FIFA, tractations diplomatiques : comment l'élection de Patrice Motsepe à la tête du football africain a été un enjeu géopolitique

Denis Menetrier
·1 min de lecture

• Infantino et la FIFA plus impliqués que jamais

Si Patrice Motsepe, milliardaire sud-africain dont la fortune est estimée à 2,5 milliards de dollars selon le magazine Forbes, a été élu à la présidence de la Confédération africaine de football (CAF), ce vendredi 12 mars, il le doit en partie à Gianni Infantino. Ces dernières semaines, le patron de la FIFA a oeuvré ouvertement pour obtenir l'unité du football africain et une seule candidature à la présidence de la Confédération.

Après de nombreuses tractations, Patrice Motsepe a été choisi et dirigera donc la CAF pour les quatre prochaines années. Pour Lassana Camara, rédacteur en chef du site PanafricanFootball et journaliste influent sur le continent africain, l'ingérence d'Infantino dans cette élection est loin d'être étonnante : "La CAF, c'est 54 voix pour les élections à la FIFA, donc c'est un continent qui compte dans cette élection." En s'impliquant dans cette campagne, le président Infantino est parti à la chasse aux voix en vue d'une réélection en 2023 à la tête du football mondial.

Sur les 211 membres de la FIFA qui voteront dans deux ans, le dirigeant suisse a donc tenté d'en rallier le plus à sa cause sur le continent africain....

Lire la suite sur France tv sport

A lire aussi