Interruption du Tour de France : les militants écologistes condamnés à 500 euros d'amende avec sursis

Les militants écologistes « Dernière rénovation », le 22 juillet 2022. (S. Mantey/L'Équipe)

Les six militants écologistes du collectif « Dernière rénovation », qui avaient interrompu la 19e étape du Tour de France, ont été condamnés à 500 euros d'amende avec sursis par le tribunal correctionnel d'Auch, ce mardi.

Le 22 juillet 2022, six militants du collectif écologiste « Dernière rénovation » s'étaient couchés pendant une dizaine de minutes, sur la route à Lasseube-Propre (Gers) afin d'empêcher le passage des cyclistes dans le cadre de la 19e étape du Tour de France. Ce mardi, ils ont été condamnés par le tribunal correctionnel d'Auch à 500 euros d'amende avec sursis après avoir été jugés coupables d'entrave à la circulation des véhicules sur la voie publique.

À l'issue de l'audience, le 22 novembre dernier, le représentant du parquet avait requis une peine commune de 500 euros d'amende dont 300 avec sursis. Les militants avaient quant à eux justifié leur action par l'urgence climatique et par une « situation écologique préoccupante ». Le collectif réclame « une rénovation thermique des bâtiments, mais rien n'est mis en place de manière sérieuse », comme l'avait ajouté un militant.

Amaury Sport Organisation (ASO), société organisatrice du Tour de France (et propriété, comme L'Équipe, du groupe Amaury), avait initialement déposé plainte, puis l'avait retirée.

lire aussi : Toute l'actualité du cyclisme