« Inu-Oh » : Comment Masaaki Yuasa transforme le théâtre nô en opéra-rock

Star Invest Films France

ANIME - Le réalisateur japonais de « Ride Your Wave » mêle musique moderne et traditionnelle pour l’envoûtant « Inu-Oh » en salle ce mercredi

Le réalisateur japonais Masaaki Yuasa, connu pour Ride the Wave, est le premier à la reconnaître. Son film d’animation Inu-Oh qui sort en salle ce mercredi n’est pas une œuvre facile d’accès. L’amitié entre un moine joueur de biwa (guitare japonaise traditionnelle) aveugle et un être terriblement difforme emporte le spectateur au XIVe siècle. « Ils ont révolutionné le théâtre nô, expliquait le cinéaste à 20 Minutes. Et j’ai eu envie d’essayer de rendre leur travail accessible au jeune public. »

Tout pour la musique

Ce conte époustouflant tant visuellement que musicalement, a reçu un accueil triomphal au Festival d’Annecy où le réalisateur de Lou et l’île aux sirènes était honoré comme parrain du MIFA, le marché du film de la manifestation. « La musique a toujours été un élément capital dans mes films, précise le cinéaste, mais dans Inu-Oh, je suis allé plus loin que d’habitude en montrant mes héros comme des rock stars et en considérant chaque chansons comme un personnage. »

La bande-son du film, qu’on doit à Otomo Yoshihide, est un atout majeur d’une œuvre très originale mêlant plusieurs styles visuels pour dérouter un spectateur qui se laisse envoûter en découvrant un Japon médiéval fantasmé. « La réalité historique n’était pas ma préoccupation (...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
« Le Défi de Noël » : Comment redonner à une footballeuse l’envie de marquer des buts
« Les Engagés » : Comment Benjamin Lavernhe s'est retrouvé à venir en aide aux exilés
« Reste un peu » : Gad Elmaleh fait part de sa crise de foi à ses parents et c’est aussi drôle que passionnant
« Les Femmes du square » : Comment des nounous exploitées s'y prennent pour faire respecter leurs droits
« Plus que jamais » : Gaspard Ulliel une dernière fois confronté au choix de Vicky Krieps