Invincibilité française, première place mondiale : les 5 enjeux de la tournée d'automne

En novembre, les Bleus d'Antoine Dupont chercheront à poursuivre leur invincibilité tandis que les Blacks de Sam Whitelock essaieront de respirer un peu mieux. Des remplaçants comme Blair Kinghorn auront aussi leur chance. (L'Équipe)

À moins d'un an de la Coupe du monde (8 septembre-28 octobre 2023), les tests d'automne qui ont commencé le week-end dernier serviront de repère aux écuries internationales. Toutes voudront se jauger, et certaines pourraient battre des records ou lancer de nouveaux joueurs.

Les deux premières rencontres des test-matches de novembre, samedi dernier, ont donné le ton. Au bout du suspense, les Écossais se sont inclinés (15-16) après que leur ouvreur Blair Kinghorn n'a pas su concrétiser une pénalité dans son camp, à deux minutes de la fin, offrant à la rencontre son lot de rebondissements et de regrets. De leur côté, les Japonais ont bien résisté face aux All Blacks (31-38). Un écart infime de sept points qui témoigne de la constante progression des Nippons et du nivellement des écuries internationales.


lire aussi

Programme TV : où voir les tests internationaux d'automne ?

Durant la tournée d'automne qui se poursuit sur les quatre prochaines semaines (du 5 au 26 novembre), vingt-neuf autres rencontres auront lieu. À moins d'un an du début de la Coupe du monde (8 septembre-28 octobre 2023), elles permettront aux sélections de se jauger, aux remplaçants de se faire une place et, peut-être, à des records de tomber. Retour sur les cinq enjeux de cette tournée.


1. La première place du classement mondial

Alors que la première place du classement World Rugby a longtemps été accaparée par la Nouvelle-Zélande et l'Afrique du Sud, le trône a été laissé plusieurs fois aux nouveaux en 2022. L'Irlande, actuelle meneuse, et la France (2e) ont atteint cette place cette année, pour la deuxième fois de leur histoire pour les Irlandais, la première pour les Bleus.


lire aussi

Le calendrier des test-matches Automne

Si le classement reste symbolique, il indique tout de même une tendance et témoigne de la bonne forme du leader. Actuellement serré, ledit classement pourrait évoluer de plusieurs façons dès la semaine prochaine. Le trône, lui, devrait vraisemblablement se jouer entre l'Irlande, la France et l'Afrique du Sud.


2. Finir l'année invaincus pour les Bleus

Le XV de France ne veut pas s'arrêter. Surfant sur une dynamique déjà impulsée en 2020 et 2021, avec notamment une tournée d'automne pleine (3 victoires en 3 matches, dont une de prestige face à la Nouvelle-Zélande) il y a un an, les Bleus ont décroché leur dixième Grand Chelem cette année. Le sans-faute a continué avec deux succès en autant de rencontres cet été au Japon pour étendre la série de victoires à 10 de rang, un record. Les hommes de Fabien Galthié pourraient aussi réaliser quelque chose de grand cet automne : finir une année civile invaincus.

Il faudra pour cela qu'ils s'imposent consécutivement face à l'Australie (samedi 5, 21 heures), l'Afrique du Sud (samedi 12, 21 heures), seule grande équipe que les Bleus n'ont pas encore affrontée et donc battue sous Galthié et le Japon (dimanche 20, 15 heures 15).


3. Le Pays de Galles doit se rassurer

Pourtant vainqueurs du Tournoi des Six Nations 2021 pleinement maîtrisé (seulement battus in extremis par la France), les Gallois ont enchaîné une tournée d'automne 2021 médiocre (humiliés par les Blacks à domicile (16-54) puis battus par l'Afrique du Sud (18-23)), un Tournoi des Six Nations 2022 à oublier (5e, pour une seule victoire et une défaite surprise face à l'Italie à Cardiff) et une tournée d'été 2022 en demi-teinte (1 victoire, 2 défaites face à l'Afrique du Sud).

Pour se relancer, à un an de la Coupe du monde en France, les hommes de Wayne Pivac devront faire bonne figure face à la Nouvelle-Zélande, qu'ils n'ont plus battue depuis près de 70 ans, l'Argentine, la Géorgie et l'Australie.


4. La Nouvelle-Zélande à la relance

C'est une année en dents de scie que connaissent les All Blacks jusqu'alors. Défaits pour la première fois de leur histoire à domicile par l'Irlande (1 victoire, 2 défaites) cet été, ils se sont une nouvelle fois inclinés quelques semaines plus tard, contre l'Argentine (18-25). Trois défaites de rang à domicile, une première dans leur histoire.


lire aussi

Sam Whitelock capitaine des All Blacks pour la tournée d'automne

Depuis, les hommes du pays du long nuage blanc ont plus ou moins remis les choses en ordre, en s'imposant trois fois en Rugby Championship, qu'ils ont remporté, et en gagnant au Japon la semaine passée, malgré un match accroché. Leurs résultats les prochaines semaines (face au Pays de Galles, à l'Écosse et à l'Angleterre) serviront de repère : les Blacks sont-ils bien à la relance ? Ou coincent-ils définitivement face à des nations européennes plus armées que jadis ?


5. Les remplaçants auront leur chance

De nombreux joueurs cadres de leur sélection seront absents des prochains rendez-vous. En Écosse, les deux joueurs majeurs du XV du chardon des dix dernières années ont vu leur influence décroître. Stuart Hogg, l'arrière aux 95 sélections, a vu son capitanat être remis en cause par Jamie Ritchie. L'ouvreur Finn Russell n'a, lui, même pas été sélectionné par Gregor Townsend. C'est Blair Kinghorn, malheureux la semaine dernière, qui lui a été préféré.

Ailleurs, les absences (sur un ou plusieurs matches) de Sam Cane et Brodie Retallick (Nouvelle-Zélande), Owen Farrell (Angleterre), Dan Biggar (Pays de Galles), Juan Imhoff (Argentine), James Lowe et Keith Earls (Irlande) permettront à de nouveaux joueurs de performer et de s'illustrer, à un an de la Coupe du monde.


lire aussi

Toute l'actualité des test-matches de novembre