Iran: la seule médaillée olympique a quitté le pays pour faire défection

Elle reste "une enfant de l'Iran", mais ne supporte plus de "faire partie des millions de femmes opprimées". La taekwondoïste Kimia Alizadeh, seule femme médaillée olympique de l'histoire de l'Iran, a annoncé samedi qu'elle avait définitivement quitté son pays. En bronze dans la catégorie des moins de 57 kg aux JO 2016 de Rio de Janeiro, pour lesquels elle était porte-drapeau, la jeune femme de 21 ans a écrit un message au vitriol sur Instagram contre les autorités de la République islamique.

"Je fais partie des millions de femmes opprimées en Iran avec qui ils jouent depuis des années. (...) J'ai porté tout ce qu'ils m'ont dit de porter", a-t-elle déploré, faisant allusion au voile islamique, obligatoire pour toutes les femmes dans l'espace public en Iran, y compris dans le sport. "Aucune de nous n'a d'importance pour eux", a-t-elle également fustigé, considérant que ses médailles ont été mises "au crédit du respect du voile obligatoire" malgré elle. "J'ai répété tout ce qu'ils m'ont ordonné de dire", a-t-elle notamment souligné.

Flou total sur ses projets et sa localisation

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Critiquant l'"hypocrisie", le "mensonge", l'"injustice" et la "flatterie" qui règnent selon elle au sein du système politique iranien, elle assure ne rien vouloir "d'autre au monde que le taekwondo, la sécurité et une vie heureuse et saine".

Kimia Alizadeh n'a pas dit où elle se trouvait désormais, ni donné d'indications sur ses projets. "Personne ne m'a...

Lire la suite sur RMC Sport

A lire aussi

À lire aussi