Ivan Curkovic sur la mort d'Ivica Osim : « Il laisse l'image d'un intellectuel »

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
La disparition d'Ivica Osim a beaucoup touché Ivan Curkovic. (L'Equipe)
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Ivan Curkovic, l'ancien gardien des Verts, évoque son ami « Ivica » Osim, meneur de jeu puis sélectionneur de la Yougoslavie, mort ce dimanche à l'âge de 80 ans.

Ivan Curkovic (78 ans) a le coeur gros depuis ce dimanche matin. L'ancien gardien de but emblématique de l'AS Saint-Étienne (1972-1981) a perdu son ami et compatriote, Ivan Osim, dit Ivica, décédé à cinq jours de fêter son 81e anniversaire. « Je le savais en pas très bonne santé, confie celui qui, comme Osim, est natif de Bosnie-Herzégovine. Notre amitié datait de 1959. On s'est connus en sélection juniors quand il jouait au Zeljeznicar Sarajevo et moi au Velez Mostar. »

Les deux hommes se sont ensuite retrouvés en France. Débarqué deux ans plus tôt que Curkovic dans l'Hexagone en 1970, Osim a évolué à Strasbourg, avant de porter ensuite les couleurs de Sedan et de Valenciennes, puis de revenir terminer sa carrière au Racing, en 1978. « C'était un grand joueur, doté d'une bonne vision de jeu à son poste de numéro 10, lui rend hommage Curkovic. De par sa façon de jouer et sa personnalité, il sortait de l'ordinaire et provoquait le respect. Je l'ai d'ailleurs fait venir au Partizan Belgrade, pour entraîner l'équipe (1991-1992), quand j'en étais le président. »

Ivan Curkovic

« C'est un gars qui laisse une trace importante dans le football »

Parce que sitôt après avoir mis fin à sa carrière de joueur, cet ancien international de la Yougoslavie (16 sélections et 8 buts) a embrassé, avec réussite, une carrière d'entraîneur. Après des débuts à la tête de son club formateur du FK Zeljeznicar Sarajevo, Osim, devenu sélectionneur en 1986, a hissé la Yougoslavie jusqu'en quarts de finale de la Coupe du monde 1990, éliminée par l'Argentine de Diego Maradona (0-0, 2-3 aux t.a.b.). La guerre ayant conduit l'UEFA à exclure la Yougoslavie de l'Euro 1992, Osim a quitté son poste de sélectionneur.

Doté d'une santé fragile depuis une crise cardiaque survenue au Japon le 16 novembre 2007, celui qui fut également l'entraînement d'un club japonais, le JEF United Ichihara Chiba (2003-2006), son dernier club, s'est donc éteint hier matin à Graz, en Autriche, sa seconde maison après son Sarajevo natal. « Il laisse l'image d'un intellectuel, même s'il n'a pas pu finir ses études, d'un homme intelligent, au comportement très correct et digne, confie Curkovic. C'est un gars qui laisse une trace importante dans le football. C'était un exemple. »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles