Jérémy Doku (Belgique) : « Je me suis posé des questions »

Jérémy Doku espère retrouver le chemin des filets. (M. Borsari/Presse Sports)

Jérémy Doku, attaquant de Rennes, n'a disputé que huit matches en L1 cette saison. Alors qu'il va disputer la Coupe du monde avec la Belgique, il a cherché à comprendre le pourquoi de ses blessures musculaires.

Blessé fin août avec Rennes, Jérémy Doku traverse une nouvelle saison compliquée. Il n'a pas confirmé ses promesses du dernier Euro face à l'Italie (quart de finale, 1-2, 2 juillet 2021) et n'a été titulaire en club qu'une seule fois en Championnat face à Lens (1-2, 27 août). L'attaquant de 20 ans est même revenu donner un coup de main en équipe Espoirs belge fin septembre. Entré en toute fin de rencontre jeudi à Koweït City face à l'Égypte (1-2, amical), et retenu au Qatar par Roberto Martinez, il mise sur son profil de dribbleur pour gagner du temps de jeu en sélection (11 capes, 2 buts) et « marquer de son empreinte » sa première Coupe du monde.

lire aussi : Toute l'actualité de la Coupe du monde

« Avez-vous douté de votre corps avec votre nouvelle blessure ?
Je me suis posé des questions. Pourquoi cela revenait-il (blessures à un genou, aux ischios et à un mollet déjà la saison passée) ? J'ai tout fait pour l'éviter. J'espère maintenant rester apte durant la compétition. Quand j'ai des jambes et que je rentre, je fais ce dont je suis capable. Contre l'Égypte, j'ai voulu montrer que j'étais prêt, que le sélectionneur avait fait le bon choix de me retenir. C'est le moment de prendre ma chance. J'étais stressé avant l'annonce de la liste car je n'avais pas beaucoup joué. Mais le coach sait ce que je peux faire.

Comment avez-vous vécu cette nouvelle mise à l'écart physique après seulement 18 matches disputés saison 2021-22 ?
C'était difficile mentalement. On est tous là pour jouer. C'est pourquoi j'apprécie chaque minute sur le terrain. Elles sont précieuses. Le foot, ce n'est que du plaisir, mettre de la vitesse, prendre des risques, tout ce que j'aime. Tout le monde cherche à être titulaire mais mon explosivité peut aussi servir si je rentre en cours de match. Même en cinq minutes, je dois essayer de mettre le feu. J'ai un profil unique qui peut être utile face à des blocs bas ou des équipes regroupées. Je suis là pour faire la différence.

C'est votre première Coupe du monde. Le dernier Euro peut-il vous aider en termes d'expérience ?
Oui. Après, c'est encore le cran au-dessus. Je n'avais joué que deux matches lors de l'Euro (76 minutes contre la Finlande, 2-0, 21 juin 2021, et 90 minutes face à l'Italie en quart de finale, 1-2, 2 juillet). Mais j'ai beaucoup appris. Ça va m'aider. En tout cas, cela m'a permis d'être au Qatar. Après l'Euro, tout le monde m'avait dit que j'avais été performant. Le match face à l'Italie n'a pas changé ma vie. Mais certaines choses. J'ai vécu une année où je n'ai pas eu de chances. Je vais tout faire pour marquer. »

lire aussi : Nos favoris pour le Mondial

Axel Witsel voit la Belgique outsider et le Brésil favori