Jack Miller a surtout travaillé pour la saison 2021

Vincent Lalanne-Sicaud
·4 min de lecture

Comme sous la pluie il y a une semaine, s'est montré le plus rapide au cours de la première journée d'essais du Grand Prix de Valence, sur une piste totalement sèche cette fois. Le pilote du team Pramac n'a pourtant pas uniquement travaillé sur son week-end. Puisque les traditionnels tests de Valence n'auront pas lieu après la saison cette année, Miller a profité de cette journée pour mener des essais en vue de la saison 2021.

"On a fait de gros progrès sur la moto aujourd’hui, pour comprendre dans quelle direction travailler pour l'avenir", a expliqué le pilote australien. "On a essayé beaucoup de choses sur la moto et sincèrement, ce n’était pas mauvais. On a juste essayé de voir les effets que cela produisait sur la moto parce qu'il n'y pas d'essais [à la fin de la saison]. On a [aussi] des données de la semaine dernière, pour essayer de comprendre quelle direction prendre pour l’an prochain. On a un peu utilisé cette journée comme des essais privés, parce qu’il n’y en aura pas en fin de saison."

"On a beaucoup joué sur la géométrie de la moto, pour en comprendre les effets", a précisé Miller. "On a essayé d'avoir la meilleure [géométrie] possible. On voulait voir si cela améliorait la moto ou pas."

Lire aussi :

EL2 - Jack Miller en tête, Joan Mir à la faute

Miller ne regrette pas le faible nombre de séances d'essais réalisées en dehors des courses cette année, estimant qu'elles sont souvent inutiles puisque les conditions sont très différentes de celles rencontrées durant la saison : "Je suis très heureux que ce soit annulé. On a beaucoup de pneus à tester sur une piste qui est rapide, le [niveau d'adhérence] est toujours irréel. Pour moi, sincèrement, c'est toujours un peu inutile [...] parce que c'est toujours mieux que ce que nous avons pendant le championnat."

Miller optimiste pour la course

Cette journée a également servi à préparer la course de ce week-end, bien entendu. Sixième et meilleur pilote Ducati en course la semaine dernière, Jack Miller pense que la marque italienne peut progresser durant cette deuxième manche, sur un circuit en théorie favorable à sa machine.

"Dovi, Zarco et moi, nous étions assez bons en course la semaine dernière − pas forts à 100%, mais pas mauvais", estime le futur pilote du team Ducati factory. "Je pense que c’est grâce à notre travail. C’est une piste qui nous convient habituellement, et je pense que nous avons pu progresser dans les réglages et avec les pneus, et que cela m’a aidé."

Contrairement aux autres séries de deux courses sur le même circuit, les équipes n'avaient pas beaucoup de données à étudier avant ce second rendez vous à Valence, en raison des essais perturbés par la pluie la semaine dernière. Miller est donc ravi des conditions offertes ce vendredi, qui lui ont permis de travailler sur les faiblesses identifiées durant le GP d'Europe.

"Nous avons juste essayé des choses sur la moto, parce que nous n’avons pas eu beaucoup de temps sur piste sèche le week-end dernier. C'est assez différent des autres doubles courses. Nous avons travaillé sur certains des problèmes rencontrés en course la semaine dernière. Je me sens bien, les conditions de piste étaient vraiment bonnes, je pense que c’est grâce à la course de la semaine dernière et à l’absence de pluie toute la semaine. La piste offre beaucoup d’adhérence, on était rapide dès le premier tour ce matin."

"Il n’a pas plu durant la semaine, la piste a de la gomme, donc dès mon troisième tour, j’étais en 1'31"9 ou 1'31"8, et je me suis dit 'Oh merde !'" a ajouté Miller. "La semaine dernière, le meilleur temps était un 1'32"0. Je me suis senti à l'aise. J’ai pu conserver le rythme et j’ai pu rouler en 1'31"7 avec le tendre à l’avant ce matin, et il ne s’est pas trop dégradé. J’ai pu rester en 1'31"7 ou 1'31"8. Je me sentais bien, avec une certaine marge. Ce sera intéressant. Je me sentais vraiment mieux avec le medium cet après-midi, mais j’ai fait le chrono avec le tendre à l’avant, juste parce que nous avons beaucoup de pneus, c'est plus pour cette raison qu’autre chose. Mais à part ça, je me sens plutôt bien. Je pense que je peux faire des chronos légèrement meilleurs avec les pneus plus durs à l’avant, pour ralentir la moto au virage 2 et au virage 6."