Jacques Piriou (Concarneau) : "Si c'était une rave-party, le problème aurait été réglé"

·1 min de lecture

Cela fait deux jours que vos terrains d'entraînements ont été investis par plus de 150 caravanes. Comment ça va ?
On a connu des jours meilleurs. En quinze ans de présidence de l'US Concarneau, je n'ai jamais vu ça. Je pensais avoir tout connu, mais apparemment non. Même après l'année dernière, on arrive à faire encore pire. C'est catastrophique ce qu'il se passe, on perd toutes nos capacités d'entraînements, c'est terrible pour la suite de la saison, surtout après une année de Covid. C'est encore plus difficile à accepter, il faut être costaud dans la tête là pour garder le moral. Mais je ne suis pas le genre à arrêter, je suis un combattant, même si c'est fatiguant, usant, et surtout très contrariant.

Pour réussir à provoquer une réunion à la mairie…

Lire la suite sur sofoot.com

SO FOOT.com
SO FOOT.com
Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles