"Le Japon est le grand perdant de ces Jeux", juge l'économiste du sport Vincent Chaudel

·1 min de lecture

Vendredi a eu lieu la cérémonie d'ouverture des Jeux Olympiques de Tokyo à huis clos. Cette année encore, le facture explose et le Japon n'échappe pas à la règle. Avec un budget de 15 milliards de dollars au moins, ces Jeux sont les plus chers de l'Histoire. Pourtant pour Vincent Chaudel, économiste du sport et fondateur de l'Observatoire du sportbusiness invité d'Europe Soir samedi, c'est un petit miracle que cette compétition ait pu se tenir. 

>> Retrouvez toutes les interviews en replay et en podcast ici

"Je pense qu'il n'aurait pas été possible ni souhaitable que ces Jeux soient encore reportés car les calendriers sportifs sont trop imbriqués les uns les autres (...) Si ces Jeux ne s'étaient pas produits, qu'en serait-il encore des contrats avec les médias et les sponsors ?", s'est interrogé le spécialiste, rappelant que certains sports qui ne sont pas très exposés seraient également restés dans un tunnel pendant huit ans en l'absence des JO de Tokyo. 

"Une culture de l'orgueil et de la fierté"

"Les Jeux de Tokyo seront les plus chers de l'Histoire en grande partie parce qu'il y a eu ce report d'un an. Quand vous organisez une compétition comme celle-là, vous engagez beaucoup de personnes, surtout la dernière année. Et le report a été décidé en mars 2020 pour un début des Jeux en juillet. Donc l'organisation était déjà à pleine puissance. Si vous gardez tout le monde vous avez forcément un surcoût et puis vous avez un problème également avec les sponsors. Sans parle...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles