La jauge de la cérémonie d'ouverture des JO de Paris en question

Laurent Nunez, nouveau préfet de police de Paris. (P. Gherdoussi/L'Équipe)

Laurent Nuñez, nouveau préfet de police de Paris, a indiqué samedi que des discussions étaient en cours sur la jauge de la cérémonie d'ouverture des JO de Paris. Mais il assure que « la cérémonie se fera ».

Dans une interview accordée à l'AFP, Laurent Nuñez, le nouveau préfet de police de Paris, évoque, entre autres, la question de la sécurisation des Jeux Olympiques de Paris 2024.

S'agissant de la cérémonie d'ouverture des JO sur la Seine, Laurent Nuñez ne barguigne pas : « la cérémonie se fera, c'est clair », dit-il. Il reconnaît qu'il y a « encore des discussions sur la jauge » des spectateurs qui assisteront à cet événement depuis les quais bas et les quais hauts de la Seine. À l'origine, les organisateurs tablaient sur 600 000 spectateurs, mais plusieurs voix se sont élevées pour recommander, comme la Cour des comptes dans un pré-rapport, la réduction du format. Le prédécesseur de M. Nuñez, Didier Lallement, avait également fait part de ses réticences. Selon certaines sources, il serait question désormais de 400 000 spectateurs.

Laurent Nuñez, préfet de police de Paris,

« Sur la gestion d'événements et de l'ordre public, on est un pays qui fait référence dans le monde »

Quand on lui objecte le fiasco du Stade de France lors de la finale de la Ligue des Champions fin mai, le préfet de police se montre confiant sur la capacité de la préfecture de police à sécuriser les JO. « On a organisé déjà plein d'événements qui se sont bien passés, dit-il. Sur la gestion d'événements et de l'ordre public, on est un pays qui fait référence dans le monde ».

Dès la rentrée, Laurent Nuñez va organiser un « pilotage beaucoup plus fin » de la mission mise en place pour assurer le suivi de toutes les thématiques entourant la préparation des JO : transports en commun, circulation, sécurité civile, sécurisation des sites... Pour cela, il « présidera lui-même les réunions avec les directeurs concernés ». Il relève avec satisfaction « une clarification de la gouvernance de la sécurisation des JO ». Le président Emmanuel Macron a spécifié qu' « elle relevait du ministre de l'Intérieur et, pour la plaque parisienne, du préfet de police de Paris sous l'autorité du ministre ».

lire aussi

L'actualité des JO de Paris 2024

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles