Jean-Aimé Toupane après la victoire contre la Finlande : « On va continuer à travailler »

Jean-Aimé Toupane, lors de France-Finlande jeudi soir. (A. Martin/L'Équipe)

Après le succès contre la Finlande jeudi soir en match de qualifications pour l'Euro 2023 (103-77), le sélectionneur de l'équipe de France Jean-Aimé Toupane se projetait déjà vers la rencontre face à l'Ukraine, dimanche. À l'aller, les Bleues avaient été dépassées.

Jean-Aimé Toupane, sélectionneur de l'équipe de France, victorieuse jeudi soir de la Finlande en match de qualification pour l'Euro 2023 (103-77) : « Je suis très satisfait, surtout d'avoir fait quelque chose avec cette équipe sur le plan humain. On le répète depuis le début : notre préoccupation, c'est que les filles soient bien là où elles sont. Quand on est heureux, on a envie de gagner plus. C'était un match poussif au départ, avec un adversaire qui nous a obligés à jouer différemment. On va continuer à travailler, avec beaucoup de jeunes qui émergent, qu'on veut mettre sur le terrain. Notre volonté, c'est de gagner contre l'Ukraine (dimanche, 17 heures), en n'oubliant pas le différentiel entre nous (défaite 71-90 à Kiev). Il faut d'abord gagner, il restera ensuite deux matches. »

lire aussi : Calendrier et résultats de la poule des Bleues

Sarah Michel, ailière et capitaine de l'équipe de France : « On a eu un peu de mal à décoller pour ensuite mettre plus d'intensité. On a haussé le ton en défense et ça a été un peu plus simple pour la suite, quand on a gagné des ballons, verrouillé le rebond. Tout n'est pas encore réglé. Une fenêtre c'est rapide, on joue sur l'engagement et l'intensité. Il faut régler les problèmes d'espaces, les systèmes, les lectures, ça va venir au fil du temps. On a encore des nouvelles filles, qui doivent s'ajuster à chaque fois. L'important, c'était de gagner. »

Marine Johannès, arrière de l'équipe de France : « On fait un bon match dans la globalité, avec un départ un peu timide. On les a laissées prendre confiance. Je pense qu'on a une profondeur de banc qui fait qu'on peut jouer à 12. On sait que quand les rotations arrivent, ça nous permet de garder l'intensité. C'est quelque chose de bien pour pouvoir enchaîner contre l'Ukraine. Personnellement je suis contente de revenir dans le groupe, je suis sur le banc cette fois (elle rit). On sait que toutes les équipes vont nous agresser en défense. On n'a pas été surprises. »

lire aussi : Pourquoi les retours de Johannès et Ayayi-Vukosavljevic vont faire du bien aux Bleues