Jean-Aimé Toupane, sélectionneur des Bleues : « Il y a des progrès mais ce n'est pas suffisant »

Jean-Aimé Toupane, le sélectionneur des Bleues. (P. Lahalle/L'Équipe)

Le sélectionneur de l'équipe de France Jean-Aimé Toupane a apprécié que son équipe tienne bon dimanche contre la Belgique (76-69). La marge de progression est encore importante.

Jean-Aimé Toupane sélectionneur de l'équipe de France, victorieuse de la Belgique en match de préparation pour la Coupe du monde (76-69) : « Il fallait s'attendre à un match plus accroché. On s'attendant à ce qu'elles réagissent. Les joueuses ont tenu le défi de rester dans le match jusqu'au bout. (Sur le rebond, déficitaire) On avait fait de la vidéo ce matin, on va continuer à travailler. Il y a des progrès mais ce n'est pas suffisant. En espérant que d'ici le 22 septembre, on aura avancé. Je ne dirais pas que la France a un jeu à risque.

Quand on met autant d'intensité, l'adversaire peut ne plus avoir de ressources dans les dix dernières minutes. Il faut pousser l'adversaire à travailler. On ne gagnera pas les matches dans la fraîcheur. (Sur le transfert en Australie, le 9 septembre) On va partir à quatorze en Australie, sans compter les deux joueuses en WNBA. On a trois matches là-bas avant le Mondial, ce serait un risque de partir à douze. On va continuer à donner de l'expérience, même à celles qui ne seront pas dans l'effectif final. »

Marine Fauthoux, meneuse de l'équipe de France : « Je trouve qu'on a bien géré le match dès le début, on l'a maîtrisé. On a fatigué un peu. Elles ont mis de l'intensité mais on a su réagir. Dans les moments chauds, on est capable de tenir le coup. Personne n'a paniqué dans l 'équipe quand elles sont revenues à moins quatre. »

Pauline Astier, meneuse de l'équipe de France : « On se teste, c'est la préparation donc c'est important de ne pas avoir que des matches où on gagne de 20 points. On a intercepté les bons ballons, on a su faire ce qu'il fallait pour tenir le score. Jour après jour je vais de surprise en surprise, je me prends pas trop la tête. On me fait confiance et c'est plus facile de m'exprimer. Ça se passe bien avec les filles, donc ça aide. Les liens se créent. On a fait plusieurs blocs de prépa, on montre qu'on est là pour se battre toutes ensemble. Ça va être pas mal je pense ! »