Jean-Pierre Adams et son ange-gardien

·1 min de lecture

En cet après-midi ensoleillé de mai 2017, Bernadette Adams en avait marre. Marre des hirondelles qui avaient envahi l'auvent de sa jolie maison de Caissargues, la banlieue résidentielle de Nîmes. Elles étaient "mignonnes au début" puis elles lui ont ruiné sa terrasse, l'obligeant à poser des filets. Marre du bruit strident de son visiophone, qui retentissait trop souvent à son goût. "Une fois, c'est l'aide-soignante, une fois le kiné, une autre fois la femme de ménage", soupirait l'épouse de Jean-Pierre Adams, qui s'occupait de son mari jour et nuit depuis l'accident d'anesthésie qui l'avait plongé dans un état végétatif en 1982. Mais marre aussi, au fond, que ce visiophone ne sonne plus aussi souvent qu'avant. "Tout le monde me lâche. Là, je crois que je suis au bout du rouleau."

Jusqu'au décès de Jean-Pierre Adams, ce 6 septembre après 39 ans de souffrance, Bernadette n'a pourtant jamais…

Lire la suite sur sofoot.com

SO FOOT.com
SO FOOT.com
Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles