JEU DECISIF - Mon top du Top 10

Et si l’on prenait les meilleurs coups des membres du Top 10 de fin d’année pour composer le champion-type de 2017 ?

C’est une pratique courante dans la presse football. Après chaque journée de Ligue 1, il nous est proposé une équipe-type avec les meilleurs joueurs à chaque poste. Pour cette inter-saison de tennis, j’ai transposé ce principe aux coups des dix meilleurs joueurs du monde -en y ajoutant leur aisance devant la presse- afin de composer un hypothétique hyper-champion de l’année de 2017. Pour mémoire, je vous rappelle le top 10 de fin d’année (pour le moins assez inattendu, j’y reviendrai dans un prochain post) : 1. Nadal / 2. Federer / 3. Dimitrov / 4. Zverev / 5. Thiem / 6. Cilic / 7. Goffin / 8. Wawrinka / 9. Sock / 10. Carreno-Busta.

MENTAL
Difficile de ne pas choisir NADAL. A la fois parce qu’il est revenu à son meilleur après, on le sait, un long épisode où sa confiance s’était envolée et que sa saison avait démarré par une déception difficile à digérer: la perte de la finale de l’Open d’Australie contre Federer après avoir mené 3-1 dans la cinquième manche. L’Espagnol a su s’en relever pour aller décrocher un dixième titre à Roland-Garros, ô combien symbolique, pour lequel il s’était mis -ainsi que le public et les médias- une pression considérable. Cette performance est psychologiquement exceptionnelle, à l’image de sa prestation en finale contre Stan Wawrinka, qu’il a très vite réussi à emmener dans le doute. Cette confiance retrouvée est évidemment le fondement de son retour à la première place mondiale.

SERVICE
Très compliqué à déterminer car il y a un paquet de clients. Comme disait l’un des personnages dans La vérité si je mens : il faut donner sa chance au produit. Je choisis donc ZVEREV, car pour ce qui est de la puissance, il y a ce qu’il faut, tout comme sa capacité à utiliser les angles. Il lui reste à progresser dans sa faculté à sortir la grosse première sous pression, même si ça arrive déjà très souvent. C’est évidemment l’une des grandes forces de Federer par exemple.

RETOUR
J’aime beaucoup Nadal dans cet exercice, sur terre battue s’entend, notamment dans sa propension à faire jouer l’adversaire. Mais je vais choisir GOFFIN, qui m’a bluffé dans ce domaine à l’automne. Il doit en grande partie ses excellents résultats à la qualité de plus en plus affirmée de sa relance.

COUP DROIT
Même si Jack Sock apporte quelque chose de nouveau, même si le coup droit de Wawrinka est terriblement lourd, même si celui de Nadal reste, à mon avis, le plus efficace sur terre battue, c’est FEDERER qui demeure encore le meilleur dans cet exercice. Et de loin le plus élégant, cela va sans dire.

REVERS
C’est la rubrique crève-coeur. On a beaucoup parlé du revers de Federer remasterisé 2017, désormais plus efficace sur balle haute, mais je ne vais pas désigner le Suisse, ni son compatriote Wawrinka dont j’adore évidemment, et comme beaucoup de monde, le coup gauche à une main, qui mêle à la fois, puissance, poids dans la balle et style. Pour me faciliter la tâche, je vais prendre un revers à une main, pour lequel je pioche THIEM, et un revers à deux mains, dont le « gagnant » est ZVEREV. Pourquoi ? Parce que chacun a bâti son jeu autour de ce coup et qu’ils tutoient le haut du panier en terme d’efficacité, dans la puissance et le lift pour Thiem, et plus en timing et relâchement pour Zverev. Esthétiquement, j’ai un petit faible pour Thiem qui, par ailleurs, doit encore améliorer son slice.

VOLEE – SMASH
Bon, là ce n’est pas très difficile. Même si Dimitrov progresse dans cet exercice, aucun autre membre du top 10 n’arrive à la cheville de FEDERER lorsqu’il s’agit de prendre le filet.

AMORTIE
Là encore, c’est le « vieux » FEDERER qui mène toujours le bal. Sans contestation possible, même si, sur terre battue, Nadal demeure très efficace avec ce coup. Dimitrov n’est pas mal également, mais encore loin de son modèle suisse.

PHYSIQUE – DEPLACEMENT
Celui qui m’a le plus impressionné dans ce domaine en 2017 est DIMITROV. J’aime sa vitesse et son élasticité qui lui permettent des prodiges en défense. Et comme il a su se renforcer musculairement, il a gagné en endurance, comme on a pu le voir lors de sa formidable demi-finale contre Nadal à l’Open d’Australie. Le Bulgare n’est plus le joueur fragile d’il y a quelques années. Il n’hésite pas non plus à plonger au filet, même sur dur.

COMMUNICATION
Face aux médias, FEDERER le polyglotte est en « cruise control ». Et même après des centaines de conférence de presse ou d’interviews, il semble encore goûter l’exercice, ou agit de sorte qu’on le pense, ce qui est une forme de professionnalisme. En tout cas, il considère que cela fait partie intégrante de son job, ce qui n’est pas le cas de tout le monde sur le circuit. Côté réseaux sociaux, on a affaire à un poids très lourd : près de 15 millions de fans le suivent via Facebook, 10 millions sur Twitter et plus de 4 millions sur Instagram. Bref, le boss.

Je résume donc. Mon super joueur 2017 :

Mental – Nadal
Service – Zverev
Retour – Goffin
Coup droit – Federer
Revers – Thiem/Zverev
Volée – Federer
Amortie – Federer
Physique – Dimitrov
Communication – Federer

A vous de jouer !

 

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages