JEU DECISIF - Qui veut la peau de Roger ?

Federer attaque en favori les tournois d’Indian Wells et Miami. Mais que fait l’opposition ?


Top départ pour Indian Wells, premier Masters 1000 de la saison. Et comme à l’aube de l’Open d’Australie, on se demande bien ce qui va se passer. Si Roger Federer, à la faveur de l’inactivité récurrente de Rafael Nadal et d’une opportune victoire à Rotterdam, a retrouvé la place de numéro un mondial, le brouillard est assez opaque quant aux potentialités de ses poursuivants.


Les faits sont là : personne, à côté de ce Federer requinqué n’a réussi à profiter des absences d’Andy Murray, Novak Djokovic ou même plus récemment de Rafael Nadal. Grigor Dimitrov ou Marin Cilic se sont signalés par épisodes mais pas suffisamment encore pour en faire de vrais rivaux du maître retrouvé. Comme si les altitudes auxquelles évoluent ces quatre-là étaient bel et bien inaccessibles à tout autre joueur.

Voilà donc où nous en sommes : un numéro un mondial de 36 ans et une opposition balbutiante. Il faut se pincer pour y croire. « Mais que faites-vous de vos 20 ans ? » pourrait-on demander à l’immense majorité des acteurs du circuit. Si le retour au sommet de ce formidable ambassadeur pour le tennis qu’est Federer est une bonne chose, cette situation, incongrue finalement (il a l’âge d’évoluer sur le Senior Tour quand même), interroge également. Comment est-il possible qu’aucun autre membre du top 10 n’arrive à grandir assez, à progresser encore, à trouver une vraie régularité pour venir s’installer avec autorité au sommet ?

Je sais bien que Federer, Djokovic, Murray ou Nadal sont des champions à part, exceptionnels au sens premier du terme, mais il semble que leur impitoyable domination, partagée durant plus de dix ans, a aussi eu pour conséquence d’anesthésier les ambitions du reste de la troupe, comme si finalement, les grandes victoires leur étaient un territoire interdit.

Et alors que débute le mois de mars et son délicat enchainement Indian Wells-Miami, on a bien du mal à imaginer un autre joueur que Federer réussir à s’imposer et, de fait, conserver sa place de numéro un. Dans le même temps, il serait tellement incroyable qu’il remporte de nouveau ces deux gros tournois comme l’an passé…

Mystère et boule de gomme, donc. La question n’est pas ici de savoir qui veut la peau de Roger mais qui est, en ce moment, réellement capable de le « scalper ». Et là…

À lire aussi