Jeux Paralympiques - Bilan de la nuit - Ce que vous avez raté cette nuit (30 août) aux Jeux Paralympiques de Tokyo

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·5 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Aucune médaille n'est venue s'ajouter, dans la nuit de dimanche à lundi, aux 26 que les Bleus ont déjà collectées à l'occasion des Jeux Paralympiques de Tokyo... en attendant la finale du pongiste Fabien Lamirault, qui va défendre son titre de 2016 en classe 2 (paraplégique) à 9 heures en France. D'autres finales seront à suivre dans la journée. Natation Chardard soigne son entrée Matinée dense du côté de la natation avec les retours à l'eau des deux médaillés, Ugo Didier (2e du 400m S9) et Alex Portal (3e du 400m S13), du finaliste David Smetanine, et l'entrée en lice de Laurent Chardard. Tous se sont qualifiés pour leurs finales respectives, prévues entre 10h14 et 12h35 en France. Ugo Didier, 1'3''32, 4e chrono des séries sur 100m dos (S9) : « Dans l'eau, c'était très compliqué. Je n'ai pas eu les sensations que je recherchais, je manquais d'efficacité sous l'eau. Je vais tout faire pour trouver des solutions, essayer d'aller plus vite cet après-midi. Ça va nager sur les bases du record du monde, c'est évident. »

David Smetanine, 3'14''09, 8e chrono des séries sur 200m (S4) : « Une course comme ça le matin, ça demande beaucoup d'énergie pour être bien techniquement et physiquement. Il faut mettre la machine en route. C'est un faux sprint, avec une grosse pression sous l'eau, il faut être à la fois relâché et puissant. 3'14'', ce n'est pas terrible, c'est sûr, j'avais fait 3'7'' en finale des Championnats de France, et 3'10'' aux Europe. Il faudra faire l'effort de relancer dans le troisième 50m, comme si c'était un nouveau 100m. Et mourir sur le mur à la fin. »

Laurent Chardard, 32''76, 5e chrono des séries sur 50m papillon (S6) : « La course s'est bien passée, le chrono n'est pas terrible. Mais c'est les séries. Il va falloir sortir le chrono cet après-midi. On va voir dans quelle position ça touche, mais je vais tout donner. Forcément, il y a de la pression pour mes premiers Jeux, mais ça m'a donné envie d'aller toucher plus vite le mur. Pressé d'être en finale, c'est là que ça va attaquer. »

Alex Portal, 2'12''05, 3e chrono des séries du 200m 4 nages (S13) : « Une série un peu compliquée. J'étais bien dans l'eau jusqu'en dos. En brasse j'ai eu un peu plus de mal que d'habitude, et en crawl, mon entraîneur m'avait dit de relâcher, je ne l'ai pas fait au max-max, j'ai mis un peu plus d'intensité quand même. Il faudra tout donner pour faire mon meilleur temps et aller chercher la plus belle médaille possible. »

Tir Didier Richard 7e Qualifié en 6e position, Didier Richard a été le deuxième éliminé de la finale de la carabine à 10m debout (SH1). Victime d'un accident de moto à l'âge de 19 ans, le Nordiste de 56 ans avait commencé par pratiquer le basket en fauteuil et la natation avant de découvrir le tir sportif par hasard. Il dispute ses 4es Jeux à Tokyo, trois ans après un titre européen.

« Je suis très déçu de la finale, pour moi et pour les coaches, a-t-il réagi, parce que toute la saison j'ai réussi des scores largement supérieurs (à ceux d'aujourd'hui) et j'avais vraiment de quoi aller chercher une médaille. C'est dommage. » Cécifoot Les Bleus n'ont pas à rougir Au lendemain d'une lourde défaite inaugurale face au Japon, l'équipe de France de cécifoot, qui retrouve les Jeux Paralympiques pour la première fois depuis sa médaille d'argent de 2012, a réagi. Malheureusement, un but de la Chine dans les trois dernières minutes signifie une deuxième défaite (0-1) et la fin des espoirs de qualification, à la veille de rencontrer le Brésil, qui a remporté tous les titres paralympiques depuis l'introduction de la discipline aux Jeux. lire aussi Toute l'actu des Jeux Paralympiques de Tokyo « Il y a de la frustration, mais il ne faut pas rougir, commentait Frédéric Villeroux, le capitaine des Bleus. (Les Chinois) ont eu plus d'actions que nous, ils ont fait un poteau aussi. La défaite est là, mais on a montr une belle image comparée à la veille, où on se prend 4-0. Je ne vais pas dire qu'on l'avait mérité, mais on ne s'était pas bougé. Les gens étaient peinés. Au moins, aujourd'hui, on a vu des guerriers, qui mouillent le maillot et veulent défendre la France. Chacun a pris ses responsabilités, fait son propre bilan. On a fait une petite réunion aussi. Est-ce qu'on s'était vu beau face au Japon ? Je ne sais pas. Chaque premier match, on passe à travers, avant de monter en puissance. »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles