Jeux Paralympiques - Cyclisme (H) - Kevin Le Cunff sacré sur la course en ligne (C4-5) des Jeux Paralympiques de Tokyo

·2 min de lecture

L'ancien coureur pro de 33 ans est sacré champion paralympique de course en ligne sur route (C4-5). Kevin Le Cunff, né avec deux pieds bots et des mollets atrophiés, offre un 8e titre à la France, le 5e au cyclisme. Dorian Foulon avait déjà abandonné. Mais lui s'était échappé avant le dernier tour avec l'Ukrainien Egor Dementyev. À 33 ans, Kevin Le Cunff était encore l'un des rares cyclistes français à ne pas avoir goûté au podium sur ces Jeux Paralympiques de Tokyo. Alors, avant la dernière bosse, l'ancien coureur pro a attaqué, largué son rival pour aller s'imposer dans cette course en ligne (classe C4-5) avec 22 secondes d'avance.

Pour l'homme né avec deux pieds bots et une atrophie des mollets, c'est un premier titre paralympique (C5). Le 5e pour le vélo bleu, le 7e pour la délégation française qui compte désormais 49 médailles (grâce au bronze décroché aux aurores par le kayakiste Remy Boullé). lire aussi Résultats « Ça s'est bien goupillé, on s'est isolé à une petite dizaine assez vite. Un moment, il y a eu beaucoup, beaucoup d'attaques. Ç'a secoué pas mal le groupe, on s'est retrouvé à cinq-six. À chaque tour, on en perdait, on termine à deux et je sors à deux bornes. Je sentais qu'il (Dementyev) était un peu dans le dur », décrivait Kevin Le Cunff, véritable spécialiste de la discipline. Kevin Le Cunff « J'étais venu pour faire 2-3 médailles, dans l'idéal. Je suis passé à côté des quatre premières épreuves. Il fallait vraiment que je me rattrape sur la dernière. » « J'étais venu pour gagner, clame-t-il. Même deuxième, ça ne m'intéressait pas. Après, une course sur route, c'est aléatoire. Une chute, il pleuvait, une crevaison... Il y a plus de facteurs à maîtriser. Mais sans problème, j'étais là pour gagner. J'ai fait trois ans pro dans une ancienne carrière. C'est des courses plutôt longues. Je n'étais pas entamé. »

Il s'agissait des premiers Jeux Paralympiques pour le natif de Paris, qui a d'abord buté sur le podium de la poursuite sur route (4e). « Je ressens de la satisfaction. J'étais venu pour faire 2-3 médailles, dans l'idéal. Je suis passé à côté des quatre premières épreuves. Il fallait vraiment que je me rattrape sur la dernière. Et c'est ce qui s'est passé », soufflait le papa d'une petite fille de sept mois. lire aussi Toute l'actu des Jeux Paralympiques de Tokyo

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles