Jeux Paralympiques - Cyclisme sur piste (H) - Beaugillet - Pervis, tandem de bronze aux Jeux Paralympiques

·2 min de lecture

Moins de deux ans après le début de leur collaboration, Raphaël Beaugillet et François Pervis ont décroché la médaille de bronze sur le kilomètre aux Jeux Paralympiques de Tokyo. « Enfin ! » Dans la voix de Raphaël Beaugillet, on sent le cri du coeur. À 31 ans, le pistard déficient visuel a décroché la médaille de bronze des Jeux, sur le vélodrome d'Izu. Il le doit en partie à sa récente association avec le septuple champion du monde François Pervis (36 ans), qui s'est investi dans le projet début 2020, et devient au passage l'un des très rares athlètes à être médaillés aux JO (3e en 2016 avec la vitesse par équipe) et aux Paralympiques. Deux hommes seulement avaient réussi avant lui cette performance, l'escrimeur hongrois Pal Szekeres, médaillé de bronze au fleuret par équipe aux Jeux de Séoul (1988) et triple champion paralympique en fauteuil après un accident de la route en 1991, et le Britannique Craig MacLean, vice-champion olympique de la vitesse par équipe sur piste en 2000, médaillé en tant que guide aux Jeux paralympiques de 2012. François Pervis « On s'est donné à fond avec nos petits moyens, on peut vraiment être fier » « Contrat rempli, savoure François Pervis. On a pris ce défi, parce qu'à la base on n'avait que six mois pour préparer les Jeux, avant qu'on apprenne qu'ils seraient reportés d'un an. On comptait déjà faire un podium, mais on a revu nos ambitions à la hausse. On se doutait bien que les Anglais allaient être au-dessus du lot et qu'on n'allait pas pouvoir jouer avec eux. » De fait, le binôme tricolore qui cherchait à descendre sous la minute (1'0''472 en finale) a été devancé par deux paires britanniques : Fachie-Rotherham (58''038, record du monde) et Ball-Stewart (59''503). « Derrière nous, il y a des nations à rien du tout, à 82 millièmes de seconde, observe encore Pervis, en pointant les Allemands qui les talonnent. On est super satisfait, d'autant plus qu'on n'a pas été arrangé par les confinements. On a beaucoup travaillé, on s'est beaucoup entraîné dans notre garage pendant que les autres équipes avaient peut-être un pôle national, où ils se réunissaient tous les jours. Malgré tout, on s'est donné à fond avec nos petits moyens, on peut vraiment être fier. » Un accomplissement pour Beaugillet Raphaël Beaugillet, lui, avait soudain une pensée pour sa maman, « sans qui rien ne se serait passé ». Il songe forcément à cette année 2009, quand fut diagnostiquée sa neuropathie optique, une maladie qui altère progressivement la vue. Alors qu'il jouait encore au football à l'époque, il se décide à bifurquer vers le cyclisme, qui l'avait toujours attiré. Il se met au tandem, d'abord sur route, puis sur piste. « Cette médaille représente beaucoup de travail, depuis de nombreuses années, réagit-il. On le sait, c'est compliqué pour nous de trouver des pilotes qui acceptent de s'investir à 100 %. Je remercie d'ailleurs tous les pilotes que j'ai eus. Et merci à François d'avoir adhéré au projet. Aujourd'hui, on n'a fait qu'un. » Dans la vitesse par équipe, les héros des derniers jours Alexandre Léauté, Dorian Foulon et Kevin le Cunff ont dû, en revanche, se contenter de la 4e place.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles