Jeux Paralympiques - Une deuxième médaille pour Léauté... Ce que vous avez raté cette nuit (27 août) aux Jeux Paralympiques de Tokyo

·4 min de lecture

Alexandre Léauté a remporté, vendredi, sa deuxième médaille de ces Jeux Paralympiques de Tokyo. En revanche, les équipes de France d'épée et de rugby-fauteuil en ont terminé de leu Au lendemain de son or en poursuite, Alexandre Léauté (20 ans) a décroché l'argent au kilomètre, uniquement devancé par l'incroyable chinois Li Zhangyu. Tous les deux, issus de catégories différentes, ont battu le record du monde de la spécialité. « Je suis très heureux. Je tombe sur une adversaire très solide, qui bat mon temps d'ailleurs. Mais je suis très content de ce que j'ai fait, j'ai donné le meilleur de moi-même, réagissait le Breton. Je ne regrette pas du tout. J'ai battu mon record du monde de deux secondes. Que dire de plus ! Je ne pouvais pas aller plus vite. Hâte d'être sur la route pour montrer ce que je peux faire. »

Si Marie Patouillet a terminé dans la foulée à la 4e place sur 500 m, Dorian Foulon va jouer l'or en poursuite face à l'Australien Donohue, aux alentours de 8h40 en France, et Kevin Le Cunff le bronze dans la même catégorie des C5. Premier en lice des prétendants en série, Le Cunff (33 ans) avait amélioré le record du monde (4'22''257), avant que Foulon n'accélère encore (4'18''274) et que les deux derniers s'intercalent. Les deux finales sont prévues à suivre à partir de 8h40 en France. lire aussi Alexandre Léauté, un jeune homme pressé Sandrine Martinet en finale Et de quatre ! La porte-drapeau des Bleus voulait montrer l'exemple, tout en osant le pari de descendre de catégorie de poids, cinq ans après son titre paralympique en -52 kg. Sandrine Martinet (38 ans) va disputer sa quatrième finale en cinq participations aux Jeux. D'entrée, la Française a littéralement atomisé la Chinoise Li Liqing, sacrée en -48 kg à Rio, immobilisée en moins de 20 secondes et sortie sur une civière. En demi-finale, face à l'Ukrainienne Ivanytska qu'elle avait battue en finale du tournoi de Warwick en juin dernier, elle s'est également imposée au sol. Après l'argent en 2004 et 2008, elle jouera une 2e médaille d'or face à l'Azerbaïdjanaise Hajiyeva (9h20 en France). Désillusion pour l'escrime Tenante du titre par équipe à l'épée, l'équipe de France est éliminée. Elle a d'abord été battue par la Grande-Bretagne (29-45), avant de relever la tête face à la Pologne (45-39), mais a de nouveau subi une défaite face à l'Ukraine (35-45) lors de son 3e match de poule. Alex Portal pour le podium On l'avait quitté déçu de sa 4e place sur 100 m papillon, mercredi. À 19 ans, Alex Portal a l'intention d'effacer la morsure en s'invitant sur le podium du 400 m (S13), aux alentours de midi et demi en France. En série, le nageur mal-voyant a terminé 2e de sa série derrière l'épouvantail biélorusse Igor Boki (4'11''07 contre 4'6''02), et 3e chrono au total, tout juste devancé par le vainqueur de l'autre série, l'Ukrainien Kiril Garashchenko (4'10''42). lire aussi Toute l'actualité des Jeux Paralympiques Mandy François-Elie accélère Pour son entrée en lice, Mandy François-Elie n'a pas tergiversé. La Martiniquaise de 31 ans a signé un record paralympique sur 200m (T37) en 27''43, certes amélioré dès la série suivante par la Chinoise Wen Xiaoyan (27''16), mais qui valide son potentiel pour aller chercher une médaille en finale, ce vendredi (12h16 en France). Après l'or en 2012 et l'argent en 2016 sur 100 m, l'athlète victime d'un AVC à 18 ans, sortie d'un coma de trois semaines avec une hémiplégie et une paralysie partielle côté droit. Léa Ferney impressionne À 17 ans, Léa Ferney s'est qualifiée pour les demi-finales de la classe 11 (déficience intellectuelle). La pongiste dijonnaise avait, certes, concédé une défaite inaugurale face à la Taïwanaise Ting Ting Wong mercredi, mais elle a remporté ses deux matchs suivants, dont celui face à l'Ukrainienne Kosmina ce vendredi pour terminer première de sa poule. Une victoire pour l'honneur L'équation était difficile à résoudre pour l'équipe de France de rugby-fauteuil, qui devait battre les vice-champions d'Europe danois avec un large écart pour espérer sortir de leur poule. Les Bleus d'Olivier Cusin ont rempli la première partie du contrat et gagné 52-50, mais ne disputeront pas les demi-finales Matthieu Thiriet, joueur de l'équipe de France de rugby-fauteuil « On était tellement prêt de ces deux équipes top mondiales (Japon et Australie), peut-être les deux favoris. Ça nous a donné l'espoir » « C'était un match compliqué, on avait en tête cette possibilité de pouvoir se qualifier. Les sentiments étaient partagés, on avait perdu les deux premiers matchs, mais on était tellement prêt de ces deux équipes top mondiales (Japon et Australie), peut-être les deux favoris. Ça nous a donné l'espoir. On savait qu'il fallait gagner de quatre points », commentait Matthieu Thiriet. Dommage tant la progression de cette équipe, 8e des Jeux Paralympiques à Londres, 7e à Rio en 2016, est réelle, en atteste le presque exploit face aux champions du monde japonais en ouverture (défaite de deux points dans le dernier quart-temps de deux points).

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles