Jeux Paralympiques - Natation (H) - Laurent Chardard 4e sur 50m papillon (S6) aux Jeux Paralympiques de Tokyo

·1 min de lecture

Cinq ans après sa rencontre avec un requin, et au jour de ses 26 ans, Laurent Chardard a disputé sa première finale paralympique ce dimanche (4e sur 50m papillon, S6). Évidemment, au jour de ses 26 ans, Laurent Chardard aurait bien aimé s'offrir une petite médaille. Las, le Réunionnais doit se contenter de la 4e place sur le 50m papillon (S6). « Je suis content de ma performance, ce n'est pas forcément cette course que je préparais. J'espère faire beaucoup mieux sur le prochain 50m papillon », promettait-il.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Vice-champion d'Europe et du monde de la spécialité, Laurent Chardard a parfaitement abordé sa finale. « Après, arrivé en moitié de course, ça commence à être difficile. Il faut finir fort et je pense que c'est mon problème, de finir les courses. » Mercredi, il tentera sa chance sur le 100m nage libre. lire aussi Toute l'actu des Jeux Paralympiques de Tokyo Pour lui, c'est une première expérience paralympique. « Ça fait un mois qu'on est avec l'équipe de France au Japon. Il y a une super entente, je suis content d'être avec les copains. De commencer la compète comme ça, même s'il n'y a pas de médaille... On se bat tous pour la même chose, il y a forcément des malheureux. »

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Il a bien senti que sa dernière respiration piquait un peu, avait encore un petit espoir en touchant le mur. Excentré ligne 2, le Français avait vu qu'il était devant les hommes autour de lui. « Je me suis dit, on ne sait jamais, sur un malentendu. Cela finit 4e », acceptait-il. Comme il a accepté cette rencontre inopportune il y a tout juste cinq ans (le 27 août 1996), alors qu'il surfait au large des côtes réunionnaises. Un agressif requin bouledogue d'environ deux mètres lui a croqué un bras et une jambe. « Je viens du milieu aquatique, je sais qu'il y a des dangers, pose-t-il simplement. Avant de courir, il y a quand même eu une petite émotion dans la chambre d'appel. On y repense. Mais quand on passe au-dessus de ça, ça donne de la force pour aller de l'avant. »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles