Jeux Paralympiques - La première parathlète réfugiée de l'histoire des Jeux espère être « un exemple »

·2 min de lecture

Alia Issa, parathlète concourant en lancer de massue, va devenir la première femme à participer aux Jeux Paralympiques de Tokyo (24 août - 5 septembre) dans l'équipe des réfugiés. La jeune femme, dont la famille est originaire de Syrie, espère être « un exemple à suivre » pour les femmes réfugiées souffrant de handicap. Lors de la première participation de l'équipe des réfugiés aux Jeux Paralympiques, à Rio en 2016, seulement deux athlètes masculins composaient la délégation de l'équipe des réfugiés. Pour les Jeux de Tokyo 2020, qui vont s'ouvrir mardi (24 août - 5 septembre), six parathlètes en feront partie : cinq hommes et une femme. Cette femme, c'est Alia Issa, la première parathlète réfugiée de l'histoire des Jeux. Lors d'une conférence de presse donnée lundi par son équipe, elle a déclaré espérer « être un premier exemple à suivre » pour d'autres femmes réfugiées vivant avec un handicap. « Ne restez pas à la maison, essayez tous les jours de faire du sport, soyez dehors, dans le monde », leur a-t-elle lancé comme message.

Âgée de 20 ans, Alia Issa est née - et vit - en Grèce, dans une famille de réfugiés syriens. Elle est également l'une des deux porte-drapeaux de l'équipe des réfugiés à Tokyo, ce qui la rend « très fière » et « très heureuse ». La délégation des réfugiés espère aussi porter un « message d'espoir » pour tous les réfugiés dans le monde, dixit Ileana Rodriguez, la cheffe de mission de l'équipe, et en particulier au peuple afghan, dont le pays est en proie au chaos depuis le retour des talibans au pouvoir. lire aussi La délégation afghane ne peut pas se rendre aux Jeux de Tokyo

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles