JO 1924 - 2024 - Un siècle de photos des Jeux Olympiques mis aux enchères par L'Équipe

·2 min de lecture

« L'Équipe » met aux enchères, ce vendredi à Drouot, quelque deux cents photos de son fonds d'images retraçant un siècle de Jeux Olympiques. C'est un voyage dans « Un siècle de Jeux Olympiques » que L'Équipe propose ce vendredi, chez Drouot à Paris, avec la vente aux enchères de 190 photos et 10 planches-contacts issues de son fonds d'images riche de douze millions de clichés. Un patrimoine accumulé depuis la création du quotidien, en 1946, et même avant puisque, parmi les pépites de la vente se trouvent des plaques des JO d'été à Anvers en 1920, L'Équipe possédant aussi le fonds de L'Excelsior. « On sort des JO à Tokyo et on est à J-1000 de Paris 2024. Symboliquement, le premier lot de la vente est une photo de la cérémonie d'ouverture d'Anvers 1920 et le dernier une photo de la cérémonie de clôture des JO de Tokyo 2021 », explique François Gille, rédacteur en chef photo du journal. Deux instantanés, un en noir et blanc, un en couleurs, comme un passage de témoin entre les époques où chacun puisera son moment préféré, un souvenir de jeunesse. Ainsi que l'écrit, dans le catalogue de la vente, Jean-Philippe Leclaire, directeur adjoint de la rédaction de L'Équipe : « Les photographies constituent un album de famille que l'on consulte au coin du feu de l'action. Marie-José Pérec en extase aux Jeux d'Atlanta, Nadia Comaneci touchée par la grâce à Montréal, le contre de Nicolas Batum à Tokyo, le béret noir de Lee Evans à Mexico, le bonnet de laine de Marielle Goitschel à Grenoble. » Ventes aux enchères, « Un siècle de Jeux Olympiques », ce vendredi à partir de 14 heures, 9 rue Drouot, Paris IXe.
Vente retransmise en direct sur le site drouot.com.
Enchères possibles sur la plateforme Drouot Digital. Afin de balayer au mieux ce siècle d'olympisme (et de paralympisme), les lots (prix de départ oscillant de 500 à 1 500 euros, tirage unique) ont été séquencés en six catégories : cérémonies d'ouverture, omnisports, athlétisme, sports aquatiques, sports d'hiver et sports collectifs. L'intégralité des recettes générées par celle concernant les cérémonies d'ouverture sera reversée au Fondaction l'Équipe. Le reste « sera une manière d'amortir la numérisation de notre fonds et de diversifier les médias de L'Équipe », précise Jérôme Cazadieu, directeur des rédactions. « Depuis 2018, on a numérisé 5 millions d'images, dont 400 000 plaques de verre. Ce qui a été bien utile notamment parce que certaines photos ne seraient jamais sorties du lot », précise François Gille. Telle celle de Johnny Weissmuller à Paris en 1924, en peignoir et sabot de bois (obligatoires pour éviter de glisser), tenant un appareil photo dernier cri de l'époque (un Ermanox rigide dont l'ouverture à 1,2 permettait de photographier à l'intérieur sans flash). L'Américain fera aussi le show dans l'eau : or sur 100 m, 400 m, et 4 × 200 m, avec le bronze en water-polo. Plus tard, il deviendra une vedette de cinéma dans le rôle de Tarzan.



« On est dans le patrimoine du sport mais aussi de la culture », estime François Gille. « Le sport est un sujet fédérateur qui parle à tout le monde. Avec L'Équipe, on est dans une véritable construction d'un marché autour du photojournalisme de sport. Les résultats sont à la hauteur de ceux du marché de l'art », apprécie Pierre-Dominique Antonini, commissaire-priseur de la vente. Comme l'an passé, sa société Boisgirard-Antonini assurera le bon déroulé de ces enchères. Voilà un an, lors de la première vente du genre (sur le thème, « Un siècle de sport »), le record avait été de 10 000 euros pour un prix de départ à 600. C'était une photo de Björn Borg, à genoux, célébrant son cinquième titre sur le gazon de Wimbledon, en 1980. En sport plus qu'ailleurs, les records étant faits pour être battus, qui fera mieux aujourd'hui ? Faites vos Jeux.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles