JO 1924 - 2024 - La vente aux enchères des photos olympiques de L'Équipe affole les compteurs

·5 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Un cliché de Camille Lacourt s'est arraché à 16 744 euros (après les frais), ce vendredi lors de la vente aux enchères à Drouot, de 190 photos et 10 planches contact, issus du fonds de photos de L'Équipe autour d'un siècle d'olympisme. Il avait manqué la première vente aux enchères des photos de L'Équipe à Drouot, l'an passé, mais cette fois Thierry Rey ne risquait pas de louper l'événement. L'ancien judoka tenait absolument à acheter « sa » photo : celle du 1er août 1980, quand il est devenu champion olympique à Moscou (-60 kg). Ce cliché en noir et blanc de lui, bras levés, tout sourire était l'un des 190 proposés à la vente - voir ci-dessous - (plus 10 planches contact) de L'Équipe autour d'un siècle de Jeux Olympiques, ce vendredi à la salle des ventes parisienne. Dès la mise en vente au prix de départ de 500 euros, Thierry Rey a levé la main, bien décidé à ne pas lâcher le morceau notamment face à un « rival » enchérissant via la plateforme digitale. « Je ne lâcherai pas, il ne me connaît pas le mec ! » Ça grimpe vite, ça bloque un peu à 1 000 euros, avant de repartir de plus belle. Quand Pierre-Dominique Antonini, le commissaire-priseur de la maison Boisgirard-Antonini, a demandé « 1 800, j'adjuge ? », l'ancien champion a balancé dans un éclat de rire : « Oui ! » La salle l'a applaudi quand il a enlevé la mise. « Je vais l'offrir à mes parents pour Noël » dit l'ancien gamin de Lagny où il a débuté le judo. lire aussi Un siècle de photos des Jeux Olympiques mis aux enchères par L'Équipe Thierry Rey fan de Nadia Comaneci C'est dans cette ville francilienne que Thierry Rey a suivi les JO de Montréal en 1976 devant la télé familiale. Alors âgé de 16 ans, il est tombé sous le charme de Nadia Comaneci, la reine des Jeux canadiens où la gymnaste roumaine de 14 ans a obtenu à sept reprises la note maximale de 10, celle de la perfection qui a fait bugger les tableaux d'affichage guère habitués à ça. Juste avant de s'offrir « sa » photo de Moscou, Rey avait ciblé celle de Comaneci, évoluant au sol, le 18 juillet 1976. En couleur cette fois mais toujours signée Robert Legros, l'un des photographes historiques de L'Équipe. « Cette photo c'est une oeuvre, une peinture, elle est magnifique » estime Rey qui espérait ne pas dépasser les 2 000 euros, « il faut savoir rester raisonnable... » Mais il la voulait tellement qu'il est monté jusqu'à 2 900 euros pour l'obtenir (prix de départ 700 euros). « J'ai flashé sur cette photo. C'est sublime, ce n'est pas plus cher qu'un tableau. Ah, je suis content ! » Heureux comme un môme, il a même envoyé un message à sa mère. Cette enchère placée en début de catalogue a longtemps été la plus élevée avant d'être détrônée par une image en noir et blanc du 200 m des JO de Paris en 1924, avec la lutte entre Charles Paddock et Harold Abrahams, que Hugh Hudson (son entretien est à lire dans le magazine L'Équipe ce samedi) a immortalisé dans le film « Les Chariots de feu » en 1981, récompensé de l'Oscar du meilleur film l'année suivante. Adjugée 3 100 euros. « C'est la symbolique de Paris 1924 » estime Thierry Rey, qui oeuvre pour Paris 2024. La femme de l'acheteur de la photo de Camille Lacourt. « C'est lui qui a des liquidités mais il a mûrement réfléchi et avait vu avec son banquier » Mais le sommet de cette vente aux enchères a été atteint par une photo de Camille Lacourt aux JO à Rio en 2016 : 16 744 euros (après les frais) ! Record de la première vente de L'Équipe en 2020 battu : à l'époque, le cliché de Bjorn Borg à genoux pour célébrer sa cinquième victoire sur le gazon de Wimbledon en 1980 était parti à 10 000 euros (avant les frais). Ce vendredi, la photo de Lacourt vaut plus par son esthétisme que par la performance puisque le nageur français a terminé 5e sur le dos. C'est sur cette nage que Franck Seguin (photographe, rédacteur en chef photo à L'Équipe) l'a saisi la tête et le buste entièrement dans une bulle d'eau (prix de départ 1 000 euros). Sublime. L'acheteur n'était pas dans la salle mais au téléphone avec sa femme et leur fils de seize ans. « Quand mon mari a vu le catalogue de la vente, il a flashé sur cette photo. Anthropologue, il est photographe amateur. Mais comme il a une cheville en vrac, il nous a envoyés avec notre fils » sourit Caroline venue spécialement de Lille avec André. C'est lui qui recevait les ordres paternels au téléphone. « Ça me faisait faire des bonds car c'est la première fois qu'on fait ça » sourit Madame qui ignore jusqu'où son époux était prêt à aller. « C'est lui qui a des liquidités mais il a mûrement réfléchi et avait vu avec son banquier. » Sage précaution puisque la famille est repartie avec quinze lots ! Impressionné, Thierry Rey les a félicités, taquinés aussi un peu : « Heureusement que vous n'avez pas voulu la photo de Comaneci, je me serais fait défoncer ! » Un autre sportif était présent, Enzo Lefort grand passionné de photo. Le champion olympique de fleuret par équipes l'été dernier est resté sage, il a notamment acheté une planche contact du concours par équipes de gymnastique aux JO à Montréal en 1976 avec notamment... Nadia Comaneci. lire aussi Toute l'actu des médias Usain Bolt avait votre préférence Lors d'une consultation lancée sur notre site le 22 octobre, vous avez plébiscité la photo d'Usain Bolt tout sourire en pleine demi-finale du 100 m des JO 2016 de Rio avec 50 % des votes (15 118 votes ont été recensés). Cette photo a été achetée 2 800 euros (prix de départ 1 000 euros) par un acheteur sur internet ce vendredi lors de la vente aux enchères.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles