En 1988, le manga Akira avait imaginé une édition catastrophique des JO 2020

Maudieu, Mélanie
Sport24
Katsuhiro Otomo, auteur du manga Akira / Panoramic
Katsuhiro Otomo, auteur du manga Akira / Panoramic

LE SCAN SPORT – Les JO de Tokyo ont été reportés d’un an en raison de l’épidémie de coronavirus qui sévit dans le monde. Cette situation avait été mise en lumière dans le manga «Akira» en 1988. 

Créé en 1988 par Katsuhiro Otomo, l’histoire du manga «Akira» se déroule en 2019, dans la ville de Néo-Tokyo, bâtie sur les cendres de l’ancienne capitale japonaise ravagée par une guerre nucléaire. Le personnage principal, Testsuo, est membre d’un gang de jeunes à moto, et sa vie bascule lorsqu’il prend conscience de ses puissant pouvoirs psychiques convoités par l’armée. «L’univers d’Akira se résume en un mot : cyberpunk. Un monde futuriste, à la technologie évoluée, mais avec de grandes inégalités sociales», explique Matthieu Pinon, spécialiste français du manga et de l’animation japonaise.

De curieuses similitudes avec la réalité

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Même si les Jeux olympiques ne sont pas au centre du manga, ils sont tout de même évoqués à plusieurs reprises, et présentent de grandes similitudes avec les vrais Jeux de Tokyo, reportés en 2021... En effet, dans Akira, les Jeux olympiques de 2020 devaient se tenir à Tokyo et, dans la réalité, la capitale nippone a été choisie par le CIO comme ville hôte. Et ce n’est que le début des coïncidences... 

Ces «Jeux de la reconstruction», comme les surnommait le gouvernement du Japon, étaient l’occasion de montrer au monde le nouveau visage de Fukushima, région dévastée par un séisme et un tsunami provoquant l’accident (...) Lire la suite sur sport24.com

Bundesliga : Les gros clubs offrent 20 millions d’euros pour aider les plus petits

Coronavirus : Le stade Santiago-Bernabeu transformé en centre d’approvisionnement à Madrid

Coronavirus : Le PSG aussi se met au chômage partiel

L'ancienne star de NFL Rob Gronkowski se lance dans le catch

Inscrivez-vous à la newsletter de Sport24

À lire aussi