JO 2020 - Badminton - Brice Leverdez sur le report des Jeux de Tokyo en 2021 : « J'espère qu'il y aura une sorte de fair-play »

L'Equipe.fr
L’Equipe

Le nonuple champion de France de badminton en simple (35e mondial) explique les répercussions sur sa carrière du report des Jeux. Et souhaite que les instances sportives n'oublient pas les efforts consentis durant les périodes de qualification. « Comment accueillez-vous la décision de repousser les JO de Tokyo à 2021 ?Avec beaucoup de déception. À chaud, c'est dur. Dans les prochaines semaines, une fois que le coronavirus sera passé, que j'aurai remis les pieds sur un court de bad avec ma raquette, je serai heureux comme un pape, et du coup je reverrai ma position. Mais là, tout est annulé, tu n'as aucun objectif, tu peux à peine t'entraîner, c'est compliqué. Même si on sait que cette décision est pour le mieux parce que la pandémie s'aggrave dans le monde entier. Toute l'actu liée au coronavirus Dans quelles mesures ce report modifie-t-il vos plans ?
J'avais déjà prévu l'après JO 2020. Je voulais rester dans le badminton, mais m'orienter sur un projet de double. Maintenant, je ne peux même en parler puisque je ne connais pas les conditions de qualification. « Si les qualifications olympiques sont remises à zéro, ce sont d'autres questions qui se poseront, notamment financières » À 33 ans, avez-vous des doutes sur votre motivation à aller disputer les Jeux en 2021 ? 
Si les qualifications olympiques sont remises à zéro, ce sont d'autres questions qui se poseront, notamment financières. Quand tu es un joueur pro - et c'est pareil dans d'autres sports -, tu payes la majeure partie de tes compétitions. Repartir sur une année avec autant de tournois où tu assumes tout, ce n'est pas si simple à gérer. La motivation de jouer est là, oui, mais l'année des Jeux est une grosse année. C'est beaucoup de stress, beaucoup d'argent dépensé. Faire deux ans comme ça, c'est compliqué. À voir. Le neuvième sacre de champion de France de Brice Leverdez Comment doivent se passer les qualifications désormais, selon vous ?
Les systèmes sont différents selon les sports, mais j'espère qu'il y aura une sorte de fair-play par rapport à ceux qui s'étaient déjà qualifiés. Dans le badminton, il ne manquait qu'un mois et demi de période de qualification avant le coronavirus. À première vue, je me dis que la bonne solution serait de garder les résultats des dix mois et demi qui viennent de s'écouler, et de remettre un mois et demi en jeu pour ceux qui espéraient gratter les dernières places. Si tu étais motivé en 2020, tu le seras encore en 2021, sauf peut-être ceux qui voulaient mettre fin à leur carrière en 2020 et n'en peuvent plus. À ce moment-là, ils pourront céder leur place. À mon avis, la solution doit venir des athlètes, mais malheureusement, je ne suis pas sûr que ce sera le cas. »

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi