JO 2020 - Claude Onesta (Agence nationale du sport) : « Une période de soulagement » même si « rien n'est résolu »

L'Equipe.fr
L’Equipe

Claude Onesta, patron de la cellule haute performance de l'Agence nationale du sport (ANS), est revenu sur la décision du report des Jeux Olympiques de Tokyo à 2021 et ses conséquences pour le milieu sportif et ses athlètes. Claude Onesta s'est félicité du report des Jeux Olympiques de Tokyo à 2021, annoncé ce mardi, avant de s'inquiéter naturellement des conséquences de la situation que traverse le sport mondial, pour une durée encore indéterminée. « Le report change la pression qu'exerçaient les JO sur le sport mondial, dans un contexte qui ne plaidait pas pour la sérénité dans la préparation. Nous sommes dans une période de soulagement, notamment les sportifs », a déclaré à l'AFP le manager de la haute performance à l'Agence nationale du sport (ANS). « Maintenant rien n'est résolu, a-t-il poursuivi. Il est difficile d'imaginer ce que vont être les semaines à venir. On doit se préoccuper d'un retour à l'activité des sportifs. (...) L'activité sportive ne se limite pas aux Jeux. » Toute l'actu liée au coronavirus L'ancien manager des doubles champions olympiques de handball (Pékin 2008, Londres 2012) affirme qu'aujourd'hui la préoccupation de l'ANS est d'anticiper le retour à l'activité : « En contact avec les fédérations, les clubs, les sportifs, on essaie d'imaginer des solutions en accord avec les autorités sanitaires, comment organiser une reprise dans un délai fixé par les autorités. » Claude Onesta « On va sortir ce cette période bouleversés, certains ébranlés économiquement comme les clubs ou les organisateurs de manifestations sportives » Même s'il reste difficile d'imaginer que les athlètes reprennent le chemin de l'entraînement relativement normalement avant la fin du confinement total, Onesta précise : « Si cela devient moins strict, il faudra avoir prévu ce qui pourra permettre de rouvrir les structures. (...) Des pays ont préservé des zones d'activité tout en respectant les mesures barrières. Par exemple deux ou trois nageurs dans une piscine fermée au public, cela permet à ceux dont c'est le métier de prendre le moins de distance possible avec la reprise de la compétition. » Enfin, le patron du très haut niveau à l'ANS, agence créée en avril 2019 pour incarner un nouveau modèle et les ambitions de la France aux Jeux de Paris 2024, s'inquiète également de l'économie du milieu sportif, professionnel et amateur : « On va sortir ce cette période bouleversés, certains ébranlés économiquement comme les clubs ou les organisateurs de manifestations sportives. »

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi