JO-2020/Natation: Florent Manaudou en argent sur 50 m, derrière Dressel

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Le Français Florent Manaudou, médaillé d'argent sur 50 m nage libre, le 1er août 2021 aux JO de Tokyo
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Le Français Florent Manaudou a décroché dimanche la médaille d'argent du 50 m nage libre des JO de Tokyo, derrière l'Américain Caeleb Dressel, réussissant le pari de remonter sur un podium olympique après deux ans et demi de pause.

Il apporte une 20e médaille à la France dans ces Jeux.

Revenu dans les bassins en mars 2019, le champion olympique 2012 et médaillé d'argent 2016 a nagé en 21 sec 55, pendant que Dressel établissait un nouveau record olympique (21.07) et que le Brésilien Bruno Fratus prenait le bronze (21.57).

Placé ligne d'eau n°5, aux côtés de Dressel, le Français de 30 ans n'a pu suivre le départ hors normes du Floridien, toujours aussi explosif et déjà en tête en sortie de coulée.

Mais Florent Manaudou décroche sa quatrième médaille olympique en trois éditions des JO, en ajoutant l'argent du relais 4x100 m de 2016 à ses trois breloques individuelles.

"C'est dur de parler: troisième médaille consécutive. J'ai arrêté, je suis revenu, ça a été une année difficile. ça prouve qu'il ne faut pas se prendre la tête, il faut juste nager. Le corps sait faire", a commenté le sprinteur auprès de France TV.

Caeleb Dressel, reparti sans médaille individuelle des JO-2016 de Rio mais 13 fois champion du monde depuis 2017, empoche de son côté son quatrième titre à Tokyo, et visera encore le 4x100 m quatre nages en fin de matinée.

Le frère cadet de Laure Manaudou, qui avait lancé l'ère dorée de la natation française en remportant le 400 m des JO-2004 à seulement 17 ans, a réussi son formidable pari.

Battu pour un centième à Rio par l'Américain Anthony Erwin, il avait délaissé la natation pour tenter sa chance en handball, sa passion de jeunesse, avant de replonger en 2019.

Si ses premiers chronos avaient été encourageants (21.56 fin janvier 2020), le confinement avait interrompu sa progression: avant les Jeux, il a patiné cette saison entre 21 sec 7/10e et 8/10e, a enchaîné sept 50 m au-dessus des 22 sec en mai et juin, et est resté à l'écart du podium européen (5e) mi-mai à Budapest.

Mais il avait accéléré au meilleur moment, en séries vendredi (21.65) puis en demi-finales le lendemain (21.53), heureux de "vivre une cinquième finale olympique" en comptant celles du 4x100 m à Rio (argent) et Tokyo (6e).

cfe/jde

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles