JO 2020 - Roxana Maracineanu, ministre des sports, suite au report des Jeux de Tokyo en 2021 : « Les athlètes sont soulagés »

L'Equipe.fr
L’Equipe

La ministre des Sports Roxana Maracineanu a réagi à la décision du CIO et du gouvernement japonais de reporter les JO à 2021. Pour Roxana Maracineanu, le report des Jeux de Tokyo d'une année est « la meilleure des solutions », a-t-elle estimé quelques heures après la décision du CIO et du gouvernement japonais. « J'ai appelé des athlètes et des entraîneurs et ils sont soulagés », poursuit la ministre des Sports. « Ils vont pouvoir commencer une vraie saison en juillet et d'ici là, mettre à profit la pause imposée par le confinement sans culpabiliser. Ça les rassure aussi de se dire que l'équité sportive sera davantage respectée », considère l'ancienne championne de natation, qui souligne que les contrôles antidopage sont moins denses en période de pandémie du covid-19. Toute l'actu liée au coronavirus Pour soutenir les athlètes pendant le confinement, elle va demander un accès aux équipements pour les sportifs de haut niveau et les pros. « On n'est plus dans l'urgence, comme les Jeux ont été reportés. Nous allons voir si et quand cela sera possible de les laisser reprendre une activité intensive dans le respect des exigences sanitaires. On réfléchit, à terme, aux modalités de retour à l'Insep et dans les Creps (centre de ressources, d'expertise et de performance sportive) dans les régions », détaille-t-elle. « Il n'y a pas d'impact pour Paris 2024, si ce n'est que nous sommes tous secoués par ce qui s'est passé. Ça nous fait réfléchir mais, en même temps, c'est la première fois qu'un report des Jeux Olympiques survient hors temps de guerre », souligne la ministre qui pense déjà à la question des élections à la tête des fédérations sportives. « On va y réfléchir. Les fédérations doivent procéder aux élections fédérales avant le 31 décembre de l'année des Jeux Olympiques. Certaines ont des statuts qui limitent la durée du mande du président. Quelle que soit la décision qui sera retenue, une expertise juridique sera menée dans les prochains jours. Un des éléments importants est la continuité au sein de la direction technique nationale souvent liée à la présidence. Car si la DTN change, c'est plus compliqué pour la préparation des athlètes », conclut-elle.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi