JO 2021 - Coronavirus - Igor Juzon, président d'Eventeam : « Triste et déçu comme les supporters »

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

Igor Juzon, président d'Eventeam, agence de billetterie officielle des comités nationaux olympiques français et belge, réagit à l'annonce de l'interdiction des spectateurs étrangers aux Jeux de Tokyo 2021. « On est triste et déçu comme tous les supporters », lâche Igor Juzon, président d'Eventeam, agence de billetterie officielle du Comité national olympique et sportif français (CNOSF) et du Comité olympique et interfédéral belge. Depuis la fuite de l'agence Kyodo news, le 9 mars dernier, laissant entendre que les spectateurs étrangers seraient privés de Jeux olympiques et paralympiques l'été prochain, l'ancien rugbyman de Toulon et Grenoble n'avait plus beaucoup d'illusion. lire aussi Il n'y aura pas de spectateurs venant de l'étranger aux JO de Tokyo 2021 « C'est une situation inédite. On se prépare à gérer l'après pour les particuliers et les entreprises en discutant avec le comité d'organisation des Jeux de Tokyo et le CIO », poursuit le dirigeant. Agence exclusive du CNOSF depuis les Jeux de Londres en 2012, Eventeam avait vendu 3 500 voyages à des clients (particuliers et entreprises) pour 14 000 billets (sur un total de 27 000 attribués à la France) sachant qu'un supporter achète environ 3 ou 4 sésames pour assister aux épreuves.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Eventeam a perdu 30 % de ses clients avec le report d'une année des Jeux Olympiques. En Belgique, l'agence officielle du comité depuis les Jeux de Rio 2016 revendique un millier de clients pour 4 000 billets vendus. Son manque à gagner est estimé à 10 M€. « On avait aussi beaucoup de demandes en attente », précise Igor Juzon. « On a fait des ventes sur toutes les disciplines mais c'est vrai que l'on a pas eu assez de billets pour la natation », souligne-t-il. L'engouement des supporters était aussi « énorme » sur le judo avec la perspective de voir Teddy Riner remporter un troisième titre olympique. Les modalités de remboursement à déterminer « Le Japon est une destination très attractive », rappelle le dirigeant qui proposait aussi des visites en complément des épreuves sur les cinq jours, en moyenne, d'un séjour. « On va se mettre en mode SAV (service après-vente) », explique-t-il, afin de déterminer avec le CNOSF et son homologue belge quelles seront les modalités de remboursement. Les clients pourront aussi se reporter sur d'autres événements sportifs puisque l'agence s'occupe de la billetterie de nombreux événements sportifs en France comme dans le monde entier.