JO 2024 - Le duo Yann Cucherat et Jean-Marc Lhermet au plus près des athlètes pour préparer les JO de Paris 2024

·3 min de lecture

Les anciens gymnaste et rugbyman Yann Cucherat et Jean-Marc Lhermet sont chargés, pour l'Agence nationale du sport, de renforcer la proximité avec les athlètes et de leur ouvrir les portes des clubs pros, afin de les préparer au mieux aux Jeux Olympiques de Paris 2024. Claude Onesta, manager de la haute performance au sein de l'Agence nationale du sport a présenté, mardi, le bilan des Jeux de Tokyo et sa stratégie d'action pour Paris 2024. Il était entouré d'une grande partie de ses 21 collaborateurs, dont les derniers arrivés, Yann Cucherat, ancien capitaine de l'équipe de France de gymnastique et tiers de confiance dans le dossier des CTS, et Jean-Marc Lhermet, ancien joueur et directeur sportif de l'ASM Clermont. Arrivé vendredi dernier, l'ex-rugbyman est chargé de la mise en place et de l'animation d'un réseau entre les athlètes et les clubs pros pour aider les premiers à progresser. Il travaillera en lien avec Yann Cucherat, qui s'occupe notamment des maisons régionales de la performance (ex-CREPS) destinées à accompagner au plus près les athlètes dans leur entraînement quotidien. « L'idée est d'aller chercher des réponses pour les athlètes sur le terrain, dans les CREPS et les clubs pros à proximité », explique l'ancien gymnaste en soulignant qu'il peut s'agir aussi de structures fédérales comme Roland-Garros ou Marcoussis. « Il faut partir du besoin de l'athlète pour aller au plus proche de son besoin de compétence », poursuit-il. lire aussi Claude Onesta veut valoriser les coaches en vue des Jeux Olympiques de Paris 2024 Viser Paris 2024 et plus loin « Certains clubs le font déjà », enchaîne Jean-Marc Lhermet en citant le cycliste Romain Bardet ou encore le perchiste Renaud Lavillenie qui viennent s'entraîner à l'ASM Clermont, club où il a passé 34 ans. « Mais ce sont souvent les grandes stars qui en bénéficient », souligne-t-il. En Allemagne, Yann Cucherat explique qu'autour des grands stades, de nombreux gymnastes bénéficient des installations des clubs de foot : « C'est intéressant pour eux aussi car ils sont souvent considérés uniquement comme des machines à fric ». Jean-Marc Lhermet ajoute : « Il y a une évolution dans les clubs pros qui veulent se tourner vers les territoires ». Et Paris 2024 fait figure de « levier extraordinaire », dixit Yann Cucherat. Le réseau sera « un peu juste », selon lui, pour les Jeux d'hiver de Pékin en 2022. « Mais si on surfe sur Paris 2024, l'idée est qu'il s'installe pour Milano-Cortina 2026, Los Angeles 2028 et les Jeux suivants », poursuit-il. « Les compétences sont là et Paris 2024, c'est demain. Pour relier les acteurs, on ne va pas reconstruire un système mais s'appuyer sur celui qui existe », abonde Jean-Marc Lhermet. Onesta veut se rapprocher des athlètes « Il faut que l'on anime des réseaux qui nous permettent d'être au plus près de l'athlète afin de résoudre ses problèmes. L'ANS, comme les fédérations, sont parfois loin de leurs athlètes et n'ont pas une connaissance précise de leur fonctionnement. La volonté est de positionner dans les CREPS la haute performance sportive avec des équipes concentrées sur l'objectif des Jeux. C'est l'idée de la maison de la performance dans chaque territoire avec des gens en contact avec nous pour déployer sur le territoire le projet ''Ambition bleue''.
Il y a un deuxième réseau sur lequel je veux agir. Lorsqu'un athlète est un peu isolé dans un territoire avec sa cellule d'entraînement, il faudrait mettre autour de lui un réseau d'intervenants ponctuels ou permanents. Il existe déjà dans les clubs professionnels qui ont leurs propres équipements, salle de musculation, salle vidéo, installations mais aussi un staff médical. On a l'ambition de connecter nos athlètes olympiques et paralympiques avec les clubs pros de sports collectifs mais aussi Roland Garros et des structures privées qui vont être capables d'ouvrir leurs portes et d'apporter des soutiens. Cela ne coûtera pas cher car dans la plupart des cas, cela se fera à titre gracieux. »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles