JO 2024 - Tony Estanguet imagine son 26 juillet 2024 : « Toute la France est dans le sas de départ »

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·3 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Tony Estanguet, président du COJO, s'imagine le 26 juillet 2024, au matin de la cérémonie d'ouverture des Jeux de Paris. « Ce matin, je retrouve des sensations que je n'avais pas ressenties depuis le sas de départ de la finale de canoë slalom aux Jeux de Londres 2012. C'était un mélange étrange de sérénité et d'adrénaline : tout était prêt, mais tout restait encore à faire. Ça faisait quatre ans que je m'entraînais comme un fou, j'avais changé de modèle d'entraînement, constitué une nouvelle équipe, amélioré mon bateau, consulté une coach mentale... J'étais prêt, mais il restait encore à passer les vingt-trois portes du bassin olympique londonien. lire aussi Les secrets de Paris 2024 (2/4) - Comment Tony Estanguet s'est imposé Aujourd'hui, toute la France est dans le sas de départ. Ça fait sept ans que nous nous préparons à accueillir 206 nations, 15 000 athlètes, des millions de spectateurs, et que nous bâtissons peu à peu un nouveau modèle de Jeux : plus responsable, plus solidaire, plus inclusif, plus spectaculaire et plus participatif. Les athlètes de l'équipe de France olympique et paralympique se sont entraînés sans relâche pour faire exploser le compteur des médailles de leurs premiers Jeux d'été à domicile depuis 100 ans. Les clubs sportifs se sont mobilisés partout en France pour faire découvrir tous les sports olympiques et paralympiques.

Les collectivités engagées dans le programme Terre de Jeux 2024 ont accompagné leurs athlètes, organisé des initiations sportives pour leur population, développé le design actif, accueilli le relais de la flamme, hébergé des délégations sportives étrangères... Les écoles ont mis en place trente minutes d'activité physique quotidienne pour les élèves de primaire, en complément des heures d'EPS et du sport scolaire. Des milliers d'entreprises ont remporté des marchés des Jeux et mis en valeur la créativité et le savoir-faire français. lire aussi La cérémonie d'ouverture des Jeux de Paris 2024 « compliquée mais faisable » Des dizaines de milliers de personnes ont travaillé pour la construction du village des athlètes ou du centre aquatique olympique, pour la rénovation d'équipements sportifs de proximité, pour l'accueil des touristes ou pour l'organisation des épreuves. Des centaines de milliers de membres du club Paris 2024 se sont engagés comme volontaires, comme relayeurs de la flamme, ou se sont s'entraînés pour courir le premier marathon grand public de l'histoire des Jeux... Ils sont tous prêts. Pendant ma finale à Londres, quand la course a commencé, je n'étais pas tout seul dans mon bateau, j'avais l'impression d'être porté par mon entraîneur, ma famille, mon club de supporters. lire aussi 1924-2024, les deux visages olympiques de Paris C'était comme s'ils pagayaient avec moi. Aujourd'hui, on est 68 millions dans le sas de départ, à la fois un peu stressés et impatients. Quand on commence une course, on n'est jamais sûr de gagner, mais ce soir, quand la flamme olympique s'allumera, je sais qu'on pourra être fier. Fier d'avoir organisé la première cérémonie d'ouverture hors les murs de l'histoire des Jeux, au coeur de la ville, pour accueillir encore plus de spectateurs et faire vivre à tous des émotions collectives uniques. Fier d'avoir fait redécouvrir à un milliard de personnes une France créative, audacieuse et généreuse. Fier d'accueillir le monde et de lui montrer le meilleur de la France. Rendez-vous ce soir ! »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles