JO - Agnes Keleti, géante de l'histoire olympique

·3 min de lecture
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

À cause des soubresauts de l'Histoire et de son corps, la Hongroise Agnes Keleti n'aura révélé ses talents de gymnaste olympique qu'à l'âge de 31 ans. Mesurer l'impact d'Agnes Keleti sur la gymnastique n'est pas si simple. Beaucoup ont oublié la Hongroise, même parmi les plus anciens. Mais il suffit de se pencher sur les statistiques pour mesurer son talent. Dans son sport, seules deux femmes affichent une collection olympique plus importante que la sienne : la Soviétique Larissa Latynina - dont le record de dix-huit médailles olympiques (9 d'or) n'a été battu qu'en 2012 par le nageur américain Michael Phelps - et la Tchécoslovaque Vera Caslavska, qui en a cumulées onze (7 d'or). lire aussi Agnes Keleti : « Je suis fière de vivre encore » Avec ses dix médailles décrochées aux Jeux de 1952 et 1956, Agnes Keleti devance d'un rien la légende Nadia Comaneci (9 médailles dont 5 d'or). La star actuelle, l'Américaine Simone Biles, aura sans doute l'occasion à Tokyo de les tutoyer puisqu'elle pourrait y ajouter six médailles aux cinq décrochées à Rio (dont 4 d'or). Premiers rêves olympiques envolés en 1940 « Depuis dix ans, elle affirme que ses médailles sont finalement accessoires dans sa vie, qu'elle n'en est pas plus fière que ça. Mais je ne sais pas à quel point c'est vrai. Je crois surtout qu'elle a oublié certaines choses », pense Rafael, le fils cadet d'Agnes Keleti. La gymnaste a surtout dû composer avec les déchirures de l'Histoire. Quand la Seconde Guerre mondiale éclate, que les Jeux de Tokyo prévus en 1940 sont annulés, les premiers rêves olympiques de la jeune femme s'évanouissent. Au sortir du conflit, la championne de Hongrie renoue cependant avec le sport. Natation, danse, et gymnastique, bien sûr. La discipline n'a alors rien à voir avec les folles acrobaties d'aujourd'hui. Sans une blessure, Agnes Keleti aurait brillé en 1948 aux Jeux de Londres, alors que seul le concours par équipes était alors au programme pour les femmes. Sans elle, ses compatriotes magyares avaient pris la médaille d'argent, battues par les Tchécoslovaques. Un contretemps qui ne désespère pas Agnes Keleti. En 1952, à l'âge canonique de 31 ans, elle s'illustre enfin sur la scène olympique, où l'on découvre pour la première fois les élégantes et créatives gymnastes soviétiques. Physique singulier S'appuyant sur un physique singulier, aux muscles plus dessinés et affûtés que les autres, Agnes Keleti joue d'une musicalité naturelle pour cette violoncelliste prodige, pour ravir au sol son premier titre olympique individuel. En 1956, elle le partagera avec la Soviétique Latynina et sa gestuelle de ballerine, dans le contexte particulier de l'insurrection de Budapest. À l'époque, il existe un exercice collectif au sol avec engin portatif, ancêtre de la gymnastique rythmique, et la Hongrie est d'ailleurs sacrée aux rubans, sur une musique de Béla Bartók. Individuellement, elle domine aussi aux barres asymétriques et surtout à la poutre, où chacun de ses mouvements semble empreint de son âme et de ce que la vie lui a infligé. Et s'il était une image à garder de cette gymnaste, ce serait sans doute celle-là.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles