JO - Basket (H) - Sergio Scariolo (Espagne) : « C'était une bénédiction »

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·3 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Le sélectionneur Sergio Scariolo a félicité ses joueurs malgré la défaite contre les États-Unis (81-95) et salué le départ programmé d'une partie de la génération dorée du basket espagnol, deuxième puissance mondiale ces vingt dernières années derrière les Américains. Sergio Scariolo (sélectionneur de l'Espagne, après la défaite 91-85 face aux États-Unis en quarts) : « Les États-Unis sont de loin l'équipe qui a le plus de talent dans ce tournoi. Pour autant, ils ont joué un beau basket, partagé la balle, développé une bonne défense, cela montre qu'ils travaillent sérieusement. Je les félicite. Malgré la défaite, c'est un jour où nous devons nous sentir fiers, de cette équipe, de ses joueurs, pour leur attitude, la manière dont ils se sont battus, contre une équipe aussi forte, pour n'avoir jamais abandonné. On a imaginé différents scénarios, offensivement et défensivement, pour leur poser des problèmes, du small ball, du tall ball, mais ils ont trouvé la réponse à chaque fois, en faisant bouger la balle, en trouvant l'homme seul. On a perdu, mais on s'est battu jusqu'à la dernière seconde, en montrant quelles sont les valeurs de cette équipe. Tout le monde nous disait finis il y a des années déjà et nous avons remporté la Coupe du monde (en 2019). Sergio Scariolo « Je suis conscient qu'une partie de cette équipe va partir. Il faut d'autant plus profiter de ce moment. C'est un privilège, une bénédiction, d'avoir pu être de cette aventure » Je suis conscient qu'une partie de cette équipe va partir. Il faut d'autant plus profiter de ce moment. C'est un privilège, une bénédiction, d'avoir pu être de cette aventure, accompagner un peu cette génération légendaire, de partager leur vestiaire, des entraînements, des matches, des voyages avec eux. Je n'aurais jamais rêvé de vivre autant de choses avec eux. Cet été, tous avaient, toujours, la même volonté d'aller loin, d'être compétitifs, pour perpétuer la légende de cette génération. Nous espérons que les jeunes auront appris de ça, à leur contact. La technique se travaille. Mais l'intelligence, le feeling du jeu, le fait d'être un bon joueur d'équipe, un bon coéquipier, c'est autre chose. Et c'est la véritable leçon de cette histoire, de cette légende, qui, je l'espère, ne marquera pas juste le basketball espagnol, mais le monde du basket et du sport en général. Ceux qui ne continueront pas me manqueront, c'est sûr, mais le lien restera, pour toujours. »

Gregg Popovich (entraîneur des États-Unis) : « 'a été un match fantastique, contre une équipe de très haut niveau, dirigée par l'un des coaches les plus fins au monde. La manière dont ils exécutent leur basket est remarquable. Jouer cette équipe, être mené de dix points, rester dedans et trouver un moyen de revenir est quelque chose de très positif pour la suite, même s'il nous reste encore beaucoup de travail, pour aller au bout. Quand Kevin (Durant) a pris les choses en main, je ne dirais pas, en tant que coach, que cela te relaxe, mais ça facilite un peu les choses. On doit se sentir comme quand on est espagnol et qu'on voit Ricky Rubio faire ce qu'il a fait ce soir (38 points). Ce sont deux joueurs incroyables et très durs à arrêter. » lire aussi Résultats et calendrier du tournoi (H)

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles