JO - Bleus - Être porte-drapeau aux JO « va me donner plus d'énergie », explique Clarisse Agbegnenou

·2 min de lecture

Élue porte-drapeau de la délégation française pour les JO de Tokyo aux côtés de Samir Aït-Saïd, la judoka Clarisse Agbegnenou s'est dit « honorée et fière » de tenir ce rôle. « Comment vous sentez-vous maintenant que vous êtes porte-drapeau de la délégation française ?
J'ai bien dormi la nuit dernière (dimanche) parce que j'étais fatigué. On est en préparation pour les JO. Je me suis réveillée dans la peau de quelqu'un d'honorée et de fière. On a pas mal de pépites en équipe de France, je sais que le choix était dur. À votre avis, pourquoi vous ont-ils choisi ?
Ils le diraient mieux que moi. Il y a peut-être toutes ces années de travail. Il y a peut-être aussi mon palmarès, ma personnalité, ma joie de vivre. J'aimerais leur demander. Clarisse Agbegnenou « J'ai été appelée par la présidente du CNOSF, Brigitte Henriques, qui m'a fait pleurer... » C'est un engagement de plus pour vous...
Je suis quelqu'un d'engagée, des choses me tiennent à coeur, j'aime pouvoir en parler, c'est quelque chose d'important. Beaucoup de personnes nous regardent, s'identifient, c'est un rôle qui me tient à coeur. Pour moi, ce n'est que du plus, ça va me donner encore plus d'énergie pour gagner l'or olympique. Comment avez-vous appris la nouvelle ?
J'ai été appelée par la présidente du CNOSF, Brigitte Henriques, qui m'a fait pleurer... Elle m'a transmis sa joie, ça m'a fait chaud au coeur. Elle m'a fait partager quelque chose d'unique. Parce que je ne me rends pas compte, c'est unique, je ne le vivrai qu'une fois dans ma vie. Il faut d'abord faire les Jeux, il faut du vécu, une force. Je suis contente que les gens me donnent ce rôle important. »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles