JO - Canoë-kayak (F) - La consécration de Jessica Fox aux JO de Tokyo, les promesses de Marjorie Delassus

·3 min de lecture

L'immense favorite franco-australienne Jessica Fox a enfin remporté sa première médaille d'or aux JO, en canoë monoplace slalom (C1), ce jeudi, à Tokyo, tandis que la jeune Française Marjorie Delassus a décroché une très prometteuse quatrième place. Marjorie Delassus n'en croyait pas vraiment ses yeux, ce jeudi, à Tokyo, tandis que descendait l'ultime concurrente, l'immense favorite Jessica Fox, et qu'elle était toujours provisoirement sur le podium du canoë monoplace (C1) en slalom. Fox a découpé le bassin de Kasai à grands coups de pelle, le regard bleu acier, allant chercher l'or, pour la première apparition olympique de la discipline chez les femmes. Mais pas de quoi décevoir Delassus, 23 ans et 31e au classement mondial, épatante quatrième alors qu'elle n'était pas venue au Japon dans l'idée de briller à ce point. « C'est beaucoup d'émotions, disait la Française, les yeux mouillés d'eau de joie. Je suis super contente d'avoir pu concourir avec les meilleures du monde. C'est vrai qu'il y a encore beaucoup d'écart mais je ne garde que du positif de ces Jeux. Je n'aurais jamais rêvé d'une quatrième place pour mes premiers. Mon objectif était plutôt Paris en 2024 au départ. Ici, je prends plein d'expérience et de repères pour la suite et j'espère que ça me sourira. C'est magnifique de pouvoir côtoyer tous ces champions au village, comme une grande famille. Malgré les contraintes sanitaires, l'ambiance est super et je souhaite à tout le monde de vivre les JO un jour. » Delassus a pu mesurer le parcours qui lui reste à effectuer. Si quelques candidates aux médailles sont passées au travers, elle n'en est pas moins restée à bonne distance du podium, à près de cinq secondes de la bronzée allemande Andrea Herzog, malgré une très belle manche, très propre. Marjorie Delassus, quatrième du C1 aux JO de Tokyo « J'ai réussi à ne pas prendre la pression de l'événement, à rester dans le moment présent » « J'ai l'impression qu'avec l'excitation et l'adrénaline, le physique passe derrière, même si j'avais évidemment mal aux bras pendant ma manche, avouait-elle. J'ai réussi à ne pas prendre la pression de l'événement, à rester dans le moment présent en respectant mon projet de course à chaque fois et c'est super de sortir ça ici. Mais c'est perfectible, je fais des petites erreurs en fin de parcours quand les meilleures n'en font pas et restent au milieu des portes jusqu'au bout. »

La meilleure, comme prévu, est restée Fox, encore plus dominante en canoë qu'en kayak. Faute de musique, cela nous a permis d'avoir uneMarseillaise sur le podium. La fille de l'ex-star britannique du K1 Richard Fox (quintuple champion du monde) et de la médaillée olympique française Myriam Jerusalmi (en 1996) avouait en conférence de presse, « en français », a-t-elle insisté sur ce sujet, qu'elle était très attendue prochainement dans sa ville natale : « Ça va être génial de revenir à Marseille. Ma famille là-bas était à fond et je recevais tellement de messages ces jours-ci que ça explosait mon téléphone et que j'ai dû le couper ! » Fox a brisé la malédiction Fox a vaincu ce qui pouvait commencer à ressembler à une malédiction. Personnelle tout d'abord, en dépit de son toujours jeune âge (27 ans), après une médaille d'argent aux JO de Londres, en 2012, et deux breloques en bronze, à Rio (2016) puis ici, mardi, en kayak. Mais familiale aussi, car elle rappelait que son père avait manqué l'or olympique à cause d'une pénalité contestée et que sa mère avait dû se contenter du bronze à cause d'une autre. « Ça nous rend tendus dans la famille à cause de ça », rigole-t-elle. Ces pénalités ont coûté l'or à Fox, mardi, mais la Franco-Australienne en a fait abstraction au départ, ce jeudi : « Je me suis juste concentrée sur la première porte, c'est tout ! » Myriam a pu se jeter à l'eau pour célébrer cette médaille d'or avec sa fille, aussi agressive que clinique dans sa navigation. « Mon père, qui est resté en Australie, raconte Fox, m'avait envoyé un message ce matin qui comprenait trois mots : courage, confiance et contrôle. » Bon sang ne saurait mentir... On n'a pas fini d'avoir le droit à cette Marseillaise sur les podiums du canoë-kayak. lire aussi Le programme et les résultats du canoë-kayak aux JO de Tokyo lire aussi Toute l'actualité des JO de Tokyo

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles