JO - Cinq raisons de vous lever pour suivre les JO de Tokyo dans la nuit de mercredi à jeudi

·4 min de lecture

Pourquoi rester au lit pendant que les meilleurs athlètes du monde s'emploient au Japon ? Voici cinq bonnes raisons de garder les yeux ouverts pour suivre les JO de Tokyo dans la nuit de mercredi à jeudi. 1. Rugby à 7 : l'entrée en lice des Bleues (2 heures) L'équipe de France de rugby à 7 va avoir l'honneur d'ouvrir cette nuit le tournoi féminin des JO de Tokyo, face aux Fidjiennes, dont les compatriotes masculins ont remporté l'or olympique mercredi après une campagne étincelante. Qualifiées in extremis à la faveur d'une victoire dans le dernier TQO de Monaco, les Bleues abordent ces Jeux avec un statut d'outsider, prêtes à tout pour ramener une médaille olympique. Il y a cinq ans, à Rio, les Françaises avaient terminé cinquièmes du tournoi après une défaite sèche en quarts de finale contre le Canada (5-15). Depuis, elles ont bien progressé et même obtenu une prestigieuse deuxième place à la Coupe du monde 2018 de San Francisco, échouant juste en finale contre les favorites néo-zélandaises (29-0). Après les Fidji, elles retrouveront plus tard dans la journée les Brésiliennes (10 heures), puis le Canada vendredi (2h30). 2. Aviron : Tarantola-Bové pour imiter les garçons dorés ? (3h10) Le sacre olympique du deux de couple masculin Hugo Boucheron et Matthieu Androdias a dû donner des idées à la paire française du deux de couple poids léger féminin. Cette nuit, les Tricolores Laura Tarantola-Claire Bové tenteront d'imiter leurs compatriotes et d'apporter une nouvelle médaille d'or au contingent français. Mais, en finale, elles trouveront des concurrentes de poids, comme les Italiennes Valentina Rodini et Federica Cesarini, qui ont battu le record du monde en demi-finales (6'41''36), ou les Britanniques Emily Craig et Imogen Grant, qui les ont dominées mercredi de presque une seconde (6'41''99 contre 6'42''92)). Sans oublier les Néerlandaises Marieke Keijser et Ilse Paulis, longtemps à la lutte en demies, et les Américaines Mary Reckford et Michelle Sechser. « C'était hyper serré, ça annonce une belle bataille demain (jeudi) en finale, a d'ailleurs déclaré Tarantola. On a hâte d'en faire partie et de tout donner, ne rien regretter. C'est peut-être la course de notre vie. » 3. Natation : la première en solo pour Dressel (4h39) Après une première médaille d'or obtenue en relais 4x100 m lundi, Caeleb Dressel tente ce jeudi d'entamer sa moisson individuelle. On ne voit pas trop comment le colosse américain (24 ans) pourrait passer à côté d'un sacre sur le 100 m nage libre cette nuit tant il domine sa discipline. À Rio, Dressel s'était déjà fait remarquer, mais par équipes seulement (deux médailles d'or en relais). Au Japon, il va tenter de nager dans le sillage de l'icône Michael Phelps (28 médailles olympiques, 23 en or), référence historique pour les nageurs du monde entier, encore plus de l'autre côté de l'Atlantique. Dressel n'a pas encore l'aura de son aîné mais il dispose du même appétit carnivore. Ses sept titres mondiaux en 2017, plus les huit médailles des Championnats du monde en 2019, montrent bien l'ambition démesurée de l'Américain. La finale du 100 m cette nuit, où il retrouvera le jeune Français Maxime Grousset, pourrait être une première porte d'entrée vers le chemin de l'Olympe. lire aussi Le programme des Français jeudi 4. Boxe : Aliev montre les crocs (5h51) Qualifié pour les Jeux Olympiques en juin dernier après le TQO de Villebon, Mourad Aliev entame ce jeudi sa campagne japonaise avec son premier combat en + 91 kg. Le Lillois sera opposé au Tadjik Siyovush Zukhurov pour son huitième de finale à l'Arena de Kokugikan. Arrivé dans le Nord de la France quand il n'avait que six ans, l'ancien Russe (25 ans) tentera de devenir champion olympique dans la même catégorie que son prédécesseur Tony Yoka, dore à Rio. Aliev avait notamment fait parler de lui aux Jeux européens en 2019. À Minsk, en Biélorussie, il avait décroché la médaille d'argent, battu aux points en finale par l'Ukrainien Viktor Vykhryst, qui avait tout de même fini le combat avec une coupure à la tête. Le métal visé par Aliev à Tokyo sera d'une autre couleur. lire aussi Le programme des Jeux Olympiques 5. Tennis : la suite du festival Humbert ? (8 heures) Le défi était de taille mais Ugo Humbert l'a relevé avec talent. En renversant le Grec Stefanos Tsitsipas, 4e joueur mondial et tête de série n°2 à Tokyo (2-6, 7-6 [4], 6-2), le Français (23 ans) s'est offert une place en quarts de finale du tournoi olympique. Il affrontera dès 8 heures (en raison des fortes chaleurs au Japon, le début des matches de tennis a été décalé à plus tard dans la journée) le Russe Karen Khachanov (25e), tombeur de l'Argentin Diego Schwartzman en huitièmes (6-1, 2-6, 6-1). Après sa victoire dans le tournoi sur gazon de Halle en juin, Humbert poursuit sa folle saison sans pression et avec une immense envie. Il n'est d'ailleurs pas le seul Tricolore à briller à Tokyo, puisque Jérémy Chardy s'est également hissé dans le Top 8 grâce à son succès contre le Britannique Liam Broady (7-6 [3], 4-6, 6-1). Son adversaire jeudi sera d'un tout autre niveau : l'Allemand Alexander Zverev (5e).

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles