JO - Cyclisme (F) - Masomah Ali Zada (équipe des réfugiés) : « J'ai fait les Jeux pour défendre les droits des femmes et des réfugiés »

·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

De retour en France où elle fait ses études, la cycliste Masomah Ali Zada, qui a participé au contre-la-montre féminin pour l'équipe des réfugiés, est revenue sur ses Jeux Olympiques à Tokyo et sur ses motivations. D'origine afghane, la cycliste Masomah Ali Zada a participé au contre-la-montre féminin sous les couleurs de l'équipe olympique des réfugiés. Peu importe si l'étudiante en génie civil de 24 ans, vivant à Lille, a terminé l'épreuve à la dernière place. Son ambition allait au-delà du classement, comme elle l'a confié ce vendredi au Trocadéro à Paris : « Aller aux Jeux Olympiques, c'était mon objectif, c'était un rêve. Mais à un moment donné, ce n'était plus seulement pour moi. C'était pour défendre les droits des femmes, pour représenter toutes celles vivant dans des pays comme l'Afghanistan où elles n'ont pas le droit de faire du vélo. Mais elles ont le droit de faire du vélo, et moi j'ai voulu les représenter. Je voulais aussi représenter les 4,2 millions de réfugiés qui ont quitté leur pays pour différentes raisons. Défendre les droits des femmes et des réfugiés, c'était mon double objectif, c'était le message que je voulais envoyer. J'espère que j'ai réussi à le transmettre, et qu'à terme, ça serve à changer les choses, notamment en Afghanistan, si les femmes pouvaient un jour y faire du vélo. » lire aussi Une équipe de 29 réfugiés participera aux Jeux Olympiques de Tokyo

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles