JO - Escalade (F) - Anouck Jaubert, finaliste des JO de Tokyo : « En théorie, si je n'étais pas première en vitesse, c'était mort »

·3 min de lecture

Si Julia Chanourdie est passée à côté du bloc et de la difficulté, la double vainqueur de la Coupe du monde de vitesse Anouck Jaubert s'est qualifiée pour la finale des JO, vendredi. Très émue, Jaubert veut « prendre sa revanche » en vitesse, où elle a signé le 2e temps ce mercredi. Huitième des qualifications, Anouck Joubert est passée de justesse en finale, prévue vendredi. Deuxième de la vitesse, treizième du bloc et quinzième de la difficulté, la Française a cumulé 390 points (on multiplie les places pour obtenir le total), ce qui lui permet de prendre le dernier ticket qualificatif. En revanche, avec 1080 points (8e, 15e et 9e), Julia Chanourdie est éliminée. Sur cette journée de qualifications, c'est la Slovène Janja Garnbret qui a été la plus régulière (56 points), devant la Coréeenne Seo Chaehyun et la Japonaise Miho Nonaka. lire aussi Le classement des qualifications Les réactions des Françaises : Anouck Jaubert, 8e des qualifications et qualifiée pour la finale : « Je suis trop contente. Tout le travail que j'ai fait pour en arriver là... J'ai galéré toute l'année, avec ma cheville. Là, en théorie, sur le papier, si j'étais pas première en vitesse, c'était mort. Mais j'ai tout donné jusqu'au bout, j'ai profité de chaque moment. Et au final, ça paye. Ça fait juste trop plaisir ! Depuis le début, c'est tellement de péripéties et de rebondissements... Je suis trop contente d'avoir réussi à sortir toutes mes performances aujourd'hui (mercredi). Là, on va se mettre en mode récupération, mettre les mains dans l'eau froide pour refaire de la peau et puis essayer de dormir, mais ce n'est pas dit. Ce qui me fait le plus plaisir, c'est que c'est vraiment les trois disciplines qui ont compté et qui m'amènent en finale. C'est pas juste la vitesse. L'objectif ? La médaille. Depuis le début, il n'a pas changé. Juste là, ça devient plus concret. Je sais que je vais vraiment pouvoir me battre sur le mur pour y aller. Il y aura la Polonaise Aleksandra Miroslaw (spécialiste également de la vitesse), mais je vais prendre ma revanche par rapport à aujourd'hui, aller afficher mon petit six secondes, le taper avant elle. Un petit record du monde (rires). Et après, tout donner sur le bloc, avec toutes les compétences que j'ai pu développer. Tout donner en difficulté jusqu'au bout et surtout, profiter à fond. Aujourd'hui, j'avais vraiment le sourire tout le temps, et je suis sûre que ça a joué dans la performance et dans le résultat. » Chanourdie : « Il va falloir un peu de temps pour digérer » Julia Chanourdie, 13e des qualifications et éliminée : « Je n'ai pas réussi à grimper comme j'avais envie de grimper. Je n'ai pas réussi à me faire plaisir. L'objectif, c'était vraiment de savourer ce moment, qui était un moment de fou et que j'attendais. C'est un peu difficile à chaud. Je me suis laissée envahir par mes émotions en bloc et en difficulté, même si c'était ma discipline de prédilection, je me suis battue dans la tête... Je n'arrive pas trop à expliquer. Je sais que ça marche quand je m'amuse et là, ça a été un peu dur. Pourtant, c'était bien parti en vitesse, car j'avais fait mon meilleur temps et j'étais bien placée pour le peu que j'en fais. Derrière... Je n'ai pas grimpé comme je rêvais de grimper. Pourtant, je me sentais super bien aux entraînements, en confiance, légère. Je ne sais pas ce qu'il s'est passé mais je ne me suis pas lâchée. Ce qui m'embête, c'est que je ne suis pas fière de moi, je n'ai pas grimpé comme je sais faire, et ça, ce n'est pas facile. Il va falloir un peu de temps pour digérer. »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles