JO - Escrime - Épée (H) - Les épéistes américains unis aux JO de Tokyo contre leur coéquipier Alen Hadzic accusé d'agressions sexuelles

·2 min de lecture

Avant leur match face au Japon vendredi, les épéistes américains ont arboré un masque rose pour protester contre leur coéquipier Alen Hadzic, accusé d'agressions sexuelles par trois femmes. Alen Hadzic est clairement indésirable au sein de la délégation américaine d'escrime. Celui qui fait partie de l'équipe olympique d'épée est accusé d'agressions sexuelles par trois femmes. Des accusations qui ne passent pas au sein de sa propre équipe. En marge de leur match face au Japon, ses coéquipiers Jake Hoyle, Curtis McDowald et Yeisser Ramirez ont porté un masque rose - couleur arborée pour soutenir les droits des femmes - afin de protester contre sa présence à Tokyo. Accusé d'agressions sexuelles à trois reprises entre 2013 et 2015 Qualifié sportivement en mai 2021, Alen Hadzic avait été suspendu par l'US Center for SafeSport le 2 juin après que trois femmes l'ont accusé d'agressions sexuelles entre 2013 et 2015. L'épéiste a fait appel et a obtenu gain de cause. Cependant, Alen Hadzic est désormais mis à l'écart de la délégation d'escrime. Cette dernière lui a imposé de faire le voyage seul jusqu'à Tokyo et de loger hors du village olympique, dans un hôtel à proximité. Cette décision a été prise à la suite des inquiétudes exprimées par les athlètes de l'équipe. USA Today a d'ailleurs révélé le mail de la fédération envoyé à Alen Hadzic : « Les athlètes de l'équipe ont exprimé des inquiétudes pour leur sécurité et leur bien-être en raison de votre présence, qui, selon eux, est susceptible d'affecter négativement leurs capacités mentales et émotionnelles à se préparer et à concourir au plus haut niveau requis pour réussir aux Jeux Olympiques. » Face au Japon, les Américains se sont inclinés en huitième de finale ( 39-45) et Alen Hadzic, remplaçant, n'est pas monté en piste. Une forte résonance sur le sol américain Cette sombre affaire a fait beaucoup parler outre-Atlantique. Notamment après l'éviction de l'athlète afro-américaine Sha'Carri Richardson pour avoir fumé de la marijuana. Elle a ensuite expliqué que le but était de gérer mentalement le deuil de sa mère. Pour le chroniqueur du Guardian Andrew Lawrence, la non-suspension d'Alen Hadzic témoigne du racisme aux États-Unis : une athlète afro-américaine suspendue pour de la marijuana, légale dans certains États américains, alors qu'un sportif blanc peut se rendre à Tokyo malgré des accusations d'agressions sexuelles.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles