Vainqueurs de l'Egypte, les Bleus sont en finale des JO de Tokyo

·4 min de lecture

Les handballeurs français ont battu l'Egypte jeudi, en demi-finales des JO de Tokyo (27-23). Ils disputeront leur quatrième finale olympique de suite samedi à 14 heures, contre le Danemark ou l'Espagne. 

Les handballeurs français ouvraient le bal des demi-finales tricolores en sports collectifs jeudi matin. Avec leurs homologues féminines, les deux équipes de basket et les volleyeurs français, les Bleus sont à l'honneur à Tokyo. Jeudi, les joueurs de Guillaume Gille jouaient leur place en finale contre l'Égypte. En s'imposant 27-23, ils ont donné l'exemple à leurs confrères de la délégation tricolore. Pour la médaille d'or, ils affronteront samedi à 14 heures le vainqueur de la rencontre entre le Danemark et l'Espagne (demi-finales à 14 heures).

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Les Bleus n'ont pas eu la tâche facile. Les Égyptiens sont partis très forts, jusqu'à mener 5-1 en début de match, le plus gros écart de la rencontre. Les Bleus ont manqué trois tirs, touchés deux fois les poteaux (Remili, puis Mem) et vu Nikola Karabatic être secoué par un choc à la tête, finalement sans gravité. Pour revenir au score, les Français ont pu compter sur Vincent Gérard. Très attendu, le gardien du PSG a assuré et termine la première période avec la statistique flatteuse de 38 % d'efficacité dans sa cage (8/21).

Menés pendant presque 30 minutes, les Français ont malgré tout réussi à être à égalité à la pause (13-13). Ils ont même eu l'occasion de prendre l'avantage. Mais la dernière action, initiée par une transmission confuse entre Luka Karabatic et Dika Mem, se terminera par un tir du Catalan sur la barre transversale, encore.

Hugo Descat en feu, Nikola Karabatic immortel

En deuxième période, les Bleus ont davantage réussi à mettre leur attaque en place, portés par un Nikola Karabatic qui semble immortel avec le maillot de l'équipe de France. Grâce à un but de Nicolas Tournat et un jet de 7 mètres d'Hugo Descat, lui aussi en feu, les Bleus menaient 16-14 six minutes après la reprise. Pour la première fois, ils comptaient deux buts d'avance.

Si les Égyptiens n'ont rien lâché pour autant, les Bleus, eux, ont semblé plus sereins. Aussi car, après une première période compliquée, Dika Mem avait de nouveau la tête à l'endroit. Les Français ont ensuite emballé la fin de match. Un missile en pleine lucarne de Nedim Remili a porté les Tricolores à trois buts d'avance et leur a permis de sourire un peu avant le coup de sifflet final. Cerise sur le gâteau avec le superbe lob de Ludovic Fabregas pour faire grimper l'avantage à 4 buts.

Les Égyptiens ont été coriaces, courageux, mais on ne peut pas dire qu'ils aient vraiment surpris les Français. Ils vivaient certes leur première demi-finale olympique, n'ont jamais été médaillés dans une compétition mondiale, mais la planète handball les a vus monter en puissance au cours des derniers mois. En janvier dernier, ils avaient, en quarts de finale de leur Mondial à domicile, failli faire tomber les champions olympiques danois (39-38). En quarts de finale des JO, ils ont dominé l'Allemagne de bout en bout (31-26). Nul doute qu'ils se battront avec une extrême intensité pour la médaille de bronze (samedi, 10 heures).

Les Bleus, eux, viseront l'or, pour couronner un tournoi olympique pour l'instant brillant. Une finale contre le Danemark offrirait un remake des JO de Rio. Après deux médailles d'or à Pékin et à Londres, les Français avaient cette fois dû se contenter de l'argent (défaite 26-28). Revanche samedi ?

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Lire aussi : Calendrier et résultats du hand aux JO

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles