JO - Paris 2024 - Paris ne veut toujours pas de Total pour les Jeux

L'Equipe.fr
L’Equipe
Un adjoint au maire d'Anne Hidalgo a répété que malgré la pression du Président Macron, la ville de Paris était contre la présence de Total comme sponsor de Paris 2024.
Un adjoint au maire d'Anne Hidalgo a répété que malgré la pression du Président Macron, la ville de Paris était contre la présence de Total comme sponsor de Paris 2024.

Un adjoint au maire d'Anne Hidalgo a répété que malgré la pression du Président Macron, la ville de Paris était contre la présence de Total comme sponsor de Paris 2024. Demande d'Emmanuel Macron ou pas (c'était il y a deux jours), la mairie de Paris ne veut toujours pas de Total comme sponsor des Jeux Olympiques 2024 à Paris. « Il n'y aura pas Total parmi les sponsors, en tout cas la Ville de Paris ne le souhaite pas », a insisté Ian Brossat, adjoint au maire, et chef de file du PCF pour les municipales à Paris en 2020. Baroin veut faire revenir Total à la table des JO 2024 de Paris « C'est comme si on organisait une fête de la gastronomie et on la faisait sponsoriser par McDo. Ce n'est pas possible », a-t-il justifié sur l'antenne de Sud Radio, appelant Total à « revoir ses pratiques » plutôt que tenter de « se racheter une image » en faisant du sponsoring, la décrivant comme « une des boîtes la plus polluante du monde ». Dimanche, Emmanuel Macron a regretté des « leçons de morale » et estimé que le désengagement du groupe pétrolier, sous la pression de la maire de Paris, n'était « pas une bonne idée » parce que l'entreprise aurait pu « aider à financer des Jeux verts ». Toute l'actualité des JO 2024 de Paris Fin mars, Anne Hidalgo avait écrit au patron du Comité d'organisation des JO de 2024, Tony Estanguet, pour réclamer des Jeux exemplaires sur le plan environnemental en ayant en particulier pas recours à des sponsors actifs dans les énergies fossiles, un courrier qui visait clairement Total. Le groupe pétrolier avait finalement renoncé à être sponsor. L'eurodéputé EELV Yannick Jadot, sorti grandi des dernières élections européennes, a dénoncé lundi le fait que le président de la République « ne cesse de satisfaire les besoins et les demandes de Total. »

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi