JO - Ski de bosses (F) - Une cagnotte participative pour envoyer Camille Cabrol aux JO de Pékin

·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Camille Cabrol
    Skieuse acrobatique française

La skieuse de bosses Camille Cabrol, 18e de la Coupe du monde la saison dernière, a lancé un projet de cagnotte participative pour permettre de financer sa participation aux Jeux Olympiques de Pékin. Le coup d'envoi des tant attendus Jeux Olympiques de Pékin 2022 approche. Mais pour de nombreux athlètes, la participation à cet événement reste suspendue à un impératif économique. Pour l'aider à financer ce projet olympique, la skieuse de bosses Camille Cabrol lance une cagnotte participative en ligne sur le site IBelieveInYou. L'objectif minimum est d'atteindre 2 500 euros. Elle est épaulée dans sa démarche par cinq étudiants en Master à l'Inseec de Chambéry. lire aussi L'actu du ski de bosses L'année dernière, déjà, Camille Cabrol avait créé une cagnotte en ligne, qui lui avait permis de récolter plus de 8 000 € afin de financer sa saison pré-olympique. À 23 ans, elle aborde ce projet de la même manière cette année, contrainte comme de nombreux athlètes - notamment dans les sports d'hiver -, de trouver des moyens de payer les frais de sa participation aux JO. « C'est dommage qu'une athlète olympique se retrouve à faire des projets de crowdfunding, souffle Rémi Barthélémy, l'un des étudiants de l'Inseec qui l'épaule dans sa démarche. Notre rôle est de gérer la logistique et l'organisation pour qu'elle puisse se concentrer sur sa saison et sa préparation. » La saison de Coupe du monde oblige en effet Camille Cabrol et les autres skieuses de bosses à se déplacer en Finlande, en Suède, aux États-Unis ou même au Kazakhstan, et le planning est très serré. « Pour nous qui travaillons en relation avec les sports extrêmes, ça a vraiment du sens d'aider une athlète de cette façon », explique Rémi Barthélémy. Camille Cabrol, elle, promet d'être active au maximum sur les réseaux sociaux, pour échanger en permanence avec les personnes qui la soutiennent. En fin de saison, elle prévoit même de récompenser les plus gros donateurs avec divers cadeaux comme un masque, un casque dédicacé ou même une journée avec la championne pour découvrir le ski de bosses. lire aussi Guilbaut Colas revient sur l'évolution du ski de bosses : « En saut, il y a une grosse différence » Vingt-deuxième lors de sa première participation aux JO de Pyeongchang à seulement 19 ans, la Megévane espère cette fois figurer mieux à Pékin. L'année dernière, son meilleur résultat a été une 8e place sur les bosses parallèles de Deer Valley, aux États-Unis.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles