JO de Tokyo : l'heure de la revanche pour Renaud Lavillenie

·1 min de lecture

Il semble déjà loin le temps où Renaud Lavillenie possédait le record du monde du saut à la perche. Ses 6,16 mètres franchis en février 2014 ont été balayés à deux reprises par le jeune talent suédois Armand Duplantis, qui a sauté à 6,17 mètres puis 6,18 mètres en 2020. La finale du concours des Jeux olympiques de Tokyo, mardi à partir de 12h20 heure française, est l'occasion pour Renaud Lavillenie de reprendre la main sur la perche mondiale, neuf ans après son titre olympique à Londres et sa médaille d'argent à Rio. Mais le Clermontois de 34 ans n'est plus aussi fringuant que par le passé, et une récente blessure début juillet a entaché sa préparation.

Une baisse de performance depuis les Jeux de Rio 2016

Depuis sa deuxième place à Rio, Renaud Lavillenie n'est plus parvenu à grimper aussi haut sur un podium international en plein air. Médaillé de bronze aux Mondiaux 2017 et au championnat d'Europe en 2018, le Français n'avait pas réussi à franchir le cap des qualifications du concours mondial à Doha, fin 2019. Une chute de performance qui a plongé le Clermontois dans le doute.

Après le report des compétitions dû à la pandémie de Covid, Renaud Lavillenie s'est refait une santé chez lui, lors d'un meeting à Clermont-Ferrand début 2021, en franchissant une barre à 6,06 mètres en salle, la plus haute depuis son record du monde de 2014. De quoi lui redonner confiance à quelques mois des Jeux. Toutefois, le perchiste s'est blessé à la cuisse gauche avant de disputer une compétitio...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles