JO de Tokyo: Simone Biles pousse les athlètes à parler du problème de la santé mentale

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

JEUX OLYMPIQUES - Après s’être retirée de la compétition aux Jeux Olympiques pour des raisons de santé mentale, Simone Biles a remporté une médaille de bronze à la poutre ce mardi 3 août. Une victoire et une consolation pour l’Américaine qui était venue à Tokyo dans le but de devenir l’athlète la plus médaillée de l’histoire des jeux.

La dernière médaille d’or du programme de gymnastique artistique féminine est revenue à la Chinoise Guan Chenchen avec un score de 14,633 et l’argent à sa compatriote Tang Xijing, mais c’est Simone Biles qui a attiré l’attention pour son retour, qualifié de courageux par ses soutiens et par la presse.

Satisfaite de terminer les jeux avec une médaille supplémentaire à son impressionnant palmarès, Simone Biles a également souligné qu’un des accomplissements de sa carrière était d’avoir mis en lumière la question de la santé mentale chez les athlètes, utilisant la scène olympique pour rappeler à tous que les athlètes sont des êtres humains.

“Fière d’avoir été capable de concourir de nouveau”

“Pour revenir sur le sujet de la santé mentale, je pense qu’il faudrait en parler beaucoup plus, surtout avec les athlètes parce que je sais que certains d’entre nous vivent les mêmes choses et on nous dit toujours de passer au travers mais nous sommes tous un peu plus âgés maintenant et nous pouvons parler en notre nom, mais au final, il faut se rendre compte que nous sommes humains, nous ne sommes pas que du divertissement. Il y a des choses qui se passent en coulisses dont les gens n’ont aucune idée”, a déclaré la gymnaste pendant la conférence de presse qui a suivi la finale de la poutre.

Malgré sa mésaventure à Tokyo, Simone Biles n’exclut pas de reprendre sa revanche dans 3 ans, à Paris. Habituée à l’or, la championne a reçu cette médaille de bronze comme une fierté. “Je l’ai fait pour moi et je suis fière d’avoir été capable de concourir de nouveau. Et il y a deux jours, j’ai perdu ma tante et je ne m’attendais pas à ce que ça arrive aux JO. Mais concourir de nouveau, et avoir le soutien de tout le monde, ça signifie tout pour moi. Je me sens soulagée, mais je me sens comme quelqu’un qui doit rentrer à la maison et travailler sur soi”, a-t-elle également affirmé.

À voir également sur Le HuffPost: Après des JO de Tokyo cauchemardesques, Simon Geschke consolé par son chien

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

Lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles