JO - Volley (H) - Benjamin Toniutti, capitaine de l'équipe de France, qualifiée pour les demies aux JO de Tokyo : « Une soirée mémorable »

·4 min de lecture

Après l'exploit de l'équipe de France contre les doubles champions du monde en titre polonais (3-2), ce mardi en quart de finale des JO de Tokyo, le capitaine Benjamin Toniutti a mis en avant l'état d'esprit du groupe tricolore. « On a envie d'aller au bout », a-t-il ajouté. Benjamin Toniutti (capitaine de l'équipe de France, vainqueur de la Pologne) : « C'est exceptionnel. On se qualifie un peu au dernier moment. Chaque mec qui est entré, qui a joué durant la phase de poule a apporté un truc. C'est ça le groupe. On avait envie de faire durer le match un maximum, même s'ils nous mettaient beaucoup de pression au service. C'était vraiment dur de jouer au premier set. Et petit à petit, on a réussi à bien tenir. On avait envie d'aller le plus loin possible dans ce match-là parce que la Pologne avait énormément de pression aujourd'hui (mardi). lire aussi La France réalise l'exploit face à la Pologne On avait envie de les amener au tie-break pour qu'ils en aient beaucoup. On l'a ressenti. On l'a géré d'une manière formidable. C'est une soirée mémorable mais maintenant il va falloir se concentrer sur la demi-finale. Ça va être dur, parce que les Argentins jouent très bien. Ils enchaînent les gros matches, il faut être prêt pour un gros combat. C'est énorme, ça fait douze ans que je suis là, douze ans... On avait envie de ça, j'avais envie de ça, qu'on le fasse tous ensemble, avec le groupe, c'est exceptionnel. On est en bulle depuis onze semaines. Onze semaines sans les familles, c'est dur. Mais on a envie d'aller au bout. » Trévor Clévenot (équipe de France) : « Je ne sais pas comment on a fait, on a été mis en difficulté, tout de suite, c'était un match très compliqué face au favori. On a eu de la patience, on a tout donné sur chaque ballon et je pense que c'est ce qui a fait la différence. Se lâcher, jouer avec les tripes et au final, c'est passé. Ça fait quelques matches qu'on arrive à sortir les tripes sur le terrain, nous, on ne peut pas jouer à 50 %, on n'a pas le physique. On se qualifie comme ça et c'est un truc de fou. » lire aussi Toute l'actu des JO de Tokyo Jenia Grebennikov « C'était important de bien tenir parce qu'ils ont des gros serveurs » Jenia Grebennikov (équipe de France) : « Je ne sais pas comment on a fait. C'est incroyable. On avait perdu deux tie-breaks en poule aux JO, je pense que ça nous a servis parce qu'on l'entame à fond, on s'est dit qu'on n'avait rien à perdre, ils ont eu un peu de frayeur vu qu'on les a freinés dès le début du tie-break et je pense que ça a fait la différence, avec nos contre-attaques. Et après on n'a rien lâché, c'était important de bien tenir parce qu'ils ont des gros serveurs. On a fait un gros taf au tie-break en block-défense. Les Argentins ? Ils ont à peu près le même jeu que nous, ce n'est pas une équipe facile à jouer parce qu'elle réceptionne très bien, elle a de très gros centraux, un joueur en grande forme (Facundo Conte). Ça va être compliqué parce que ça va être la surprise des Jeux Olympiques, même si à Rio ils avaient fait un bon parcours. Va falloir tenir dur, ils ont la grinta et ils ne lâchent rien non plus, on a été impressionnés par leur match contre l'Italie (en quarts) mais aussi contre les États-Unis (dernier match de groupe, qui leur permet de se qualifier). Ça va être une belle affiche. » Nicolas Le Goff « La demie contre l'Argentine ? Un match de morts de faim » Nicolas Le Goff (équipe de France) : « On était prêts à toutes les éventualités, on jouait contre les doubles champions du monde qui étaient clairement 15 ou 20 fois plus favoris que nous. On y est allés avec nos petits bras, nos petites jambes, on savait qu'on allait tout donner. Rien n'est fait mais c'est incroyable. Dans le tie-break, on les a dominés. On a déjà joué trois tie-breaks depuis le début, on en a perdu deux. On s'est dit que c'était le bon moment pour le gagner. On a démarré avec les flammes, on était peut-être plus rageux qu'eux, c'est ce qui a fait la différence. Contre l'Argentine, ça sera complètement ouvert. C'est une équipe qui joue incroyablement bien depuis le début de la compétition, on l'a vu contre nous, contre le Brésil où ils ne passent pas loin, ou en quart contre l'Italie. Ça va être un match exceptionnel, un match de morts de faim. »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles